Chercheurs
 
Olivier Guillard
English Version
Chercheur associé à l'IRIS

+33 (0)1 53 27 60 60
Olivier Guillard

Titulaire d’un Doctorat en droit international public de l’Université de Paris XI, Olivier Guillard est chercheur associé à l’IRIS. Il est parallèlement directeur de l’information de la société Crisis 24, un cabinet de conseil et d’ingénierie spécialisé dans l’analyse et la gestion des risques internationaux.

 

Avant de rejoindre l’équipe de recherche de l’IRIS, Olivier Guillard avait travaillé plusieurs années dans une structure de réflexion prospective du ministère de la Défense. Depuis lors, il a publié divers ouvrages sur la volatile scène politique et stratégique du sous-continent indien , et, entre autres régions d’Asie, abondamment voyagé en Inde, en Corée du sud, en Afghanistan, en Birmanie, au Sri Lanka, au Pakistan, en Chine, en Thaïlande, en Indonésie, au Népal, au Cambodge ou encore au Bangladesh.

 

Prolongement naturel de sa spécialisation sur les thématiques asiatiques, Olivier Guillard dispense également un enseignement à IRIS SUP’ (Paris), à l’EDHEC (Nice), ainsi qu’à la Bordeaux Ecole of Management / KEDGE, après avoir enseigné durant plusieurs années à l’académie militaire de Saint-Cyr Coëtquidan et à l’Université Notre-Dame de Beyrouth (Liban).

 

Olivier Guillard intervient fréquemment dans les médias (Télévision ; radio) français et francophones (Suisse, Canada, Belgique) sur les questions asiatiques d’actualité, participe régulièrement à des séminaires et colloques à l’étranger (Asie, Etats-Unis, Europe), enfin, rédige pour l’IRIS sur une base régulière divers papiers, notes et publications (Asie – Perspectives Stratégiques ; Asia-Pacific Countries Stability Index – A-PCSI).

 
Études
Analyses
 
 
19.11.2018
À la fin du mois prochain, le huitième pays le plus peuplé du globe (165 millions d’habitants) conviera ses quelques 104 millions de votants aux urnes afin de renouveler son parlement. Un rendez-vous politique généralement entouré de tensions et d’incertitudes, voire de violences[1], dans ce jeune État d’Asie méridionale qui...
 
 
30.10.2018
Quelle est la portée régionale du « coup d’État constitutionnel » au Sri Lanka ? Alors que ce droit était réservé au parlement, le président sri-lankais Maithripala Sirisena a suspendu l’assemblée nationale après avoir limogé le Premier ministre Ranil Wikremesinghe. Les deux hommes issus de partis rivaux ne s’entendaient plus,...