ANALYSES

Europhorie et Macron-mania… Un jeu mondial

Tribune
7 juillet 2017
Les épisodes d’optimisme financier portent rarement le nom d’un président français mais nous vivons des temps exceptionnels, semble-t-il. Dans le jargon financier, « Macron » renvoie au processus politique par lequel les failles de la zone euro doivent être comblées une fois pour toute, au moyen d’un bond en avant fédéraliste. Bien que ces espoirs ne se soient pas traduits, pour l’heure, en rallye boursier, de nombreux commentaires suivent une logique comparable à celle qui s’était déployée lorsque Mario Draghi avait secoué le statu quo de la BCE, en 2012. Le processus politique actuellement à l’œuvre est pourtant d’une nature bien différente.

Les bruits quant à l’imminence d’un grand plan économique franco-allemand à même de changer la donne en Europe sont erronés mais ils sont tout de même intéressants, de par ce qu’ils indiquent quant à l’anxiété créée par le populisme. On peut voir une ironie assez savoureuse dans le tableau idyllique que de nombreux médias britanniques et américains donnent de la politique européenne depuis les élections françaises. Il y a peu de temps encore, une vision sombre de l’avenir de l’euro dominait et le scénario d’un effondrement de l’Union européenne commençait même à avoir le vent en poupe. Ce revirement soudain semble davantage illustrer l’importance des divisions nationales au sujet du Brexit ou de la présidence de Donald Trump qu’un véritable changement d’avis sur l’Union européenne (UE).

La confrontation entre Angela Merkel et Donald Trump dépasse la question de la rhétorique abrasive du président américain et de sa décision néfaste de se retirer des accords de Paris. Elle se nourrit notamment d’intérêts divergents en matière de commerce international, un problème qui a commencé à être soulevé bien avant l’émergence politique de Trump. La réduction de ce débat à une opposition morale entre libre échange et protectionnisme est quelque peu simpliste. La chancelière elle-même développe une ligne de plus en plus défensive, non pas tant sur la question commerciale (puisque son pays jouit d’un excédent courant de 9% du PIB) qu’en ce qui concerne les investissements stratégiques.

Alors que l’Allemagne a connu une certaine déconvenue dans sa focalisation commerciale sur la Chine, Angela Merkel a récemment alerté son opinion publique sur l’expansionnisme chinois en déclarant que « Vue depuis Pékin, l’Europe est une péninsule asiatique »[i]. Elle a par ailleurs clairement indiqué qu’elle entend avoir son mot à dire sur les investissements chinois en Allemagne, à la suite de la controverse déclenchée par le rachat par le groupe chinois Midea du mythique constructeur allemand de robots KUKA, l’an passé. Pour autant, l’idée d’un partenariat sino-allemand a été présentée par de nombreux commentateurs comme une alternative au leadership américain, à l’approche du G20 de Hambourg. Tout comme les questions européennes, il semble que la remise en cause du rôle mondial des Etats-Unis s’accompagne d’une certaine confusion.

L’espoir d’une grande initiative franco-allemande pour l’Europe semble entrer dans le cadre de cette équation mondiale. Emmanuel Macron a pris en compte la révision par l’Allemagne de son rôle européen et mondial. Au dernier sommet européen, à Bruxelles, il a certes défendu l’idée d’une « Europe qui protège » mais en se concentrant sur les questions qui sont aussi devenues centrales pour l’Allemagne : les politiques anti-dumping, le contrôle des investissements chinois et l’encadrement du travail détaché en Europe. Ces questions ont profondément contrarié les pays d’Europe centrale, ainsi que les plus petits pays d’Europe du Nord qui, du fait de leur modèle économique, s’opposent à ce qu’ils voient comme des restrictions inutiles. Alors que Macron remet en cause le statu quo européen, il prend garde de ne pas affronter Berlin, en particulier en ce qui concerne la question de l’absence de coordination macro-économique de l’Allemagne vis-à-vis du reste de la zone euro en termes de coûts salariaux, de politique fiscale et d’investissements publics.

Au vu des tabous qui affectent la politique européenne, cette configuration a peu de chance de permettre les grandes avancées sur lesquelles table le consensus dans un futur proche. En juillet 2012, la démonstration de force de Mario Draghi, bien qu’étant également de nature rhétorique, avait des implications tout à fait concrètes et immédiates, puisque la pression implicitement exercée sur les taux longs avait alors permis aux gouvernements en crise de se refinancer sans avoir à restaurer leur souveraineté monétaire. L’anticipation du programme d’achats finalement mis en place en 2015 a déclenché une dépréciation majeure de l’euro à partir de 2014, qui, associée à des flux de liquidités massifs, a permis le rebond conjoncturel que l’on constate aujourd’hui. Alors que l’élection d’Emmanuel Macron a été interprétée comme le versant politique du processus de normalisation initié par Draghi, son impact réel reste à voir.

Sa présidence a commencé sur des succès diplomatiques et il ne fait aucun doute que son élection a été perçue très positivement par Berlin en particulier. Bien que Macron et « Merkel IV » aient la possibilité de se mettre d’accord sur des étapes significatives, comme la constitution d’un budget commun pour la zone euro, ces avancées ne seront probablement, d’un point de vue quantitatif, que d’une portée symbolique. De façon peu surprenante, la question de transferts budgétaires massifs et de la mutualisation des dettes reste taboue aux yeux de la plupart des responsables politiques allemands et, surtout, de la population, dont l’opposition semble même avoir crû au cours des dernières années.

Sur la question de l’union bancaire, la décision du gouvernement italien de mettre sur la table jusqu’à 17 milliards d’euros pour gérer la fermeture ordonnée de deux banques de Vénétie, sans mettre à contribution les créanciers séniors, a été interprétée en Allemagne comme une violation édifiante des règles de l’union bancaire. Ces règles, supposées protéger l’argent public lors des faillites bancaires, s’avéreraient bénéfique à terme, en responsabilisant les investisseurs. Mais il reste à prendre en compte le fait qu’elles sont inapplicables à court terme. Dans ce contexte, la crise bancaire qui continue à secouer la zone euro éloigne toujours plus la perspective d’un accord allemand sur un mécanisme commun d’assurance des dépôts, clé de voute de l’union bancaire.

Des commentaires très positifs sont certes venus d’Allemagne depuis l’élection d’Emmanuel Macron mais leur portée européenne est largement surestimée. La plupart de ces commentaires consistaient à saluer l’élection d’un leader pro-européen, dont l’approche semble être en phase avec la vision du gouvernement allemand, pour l’instant… Malgré la forte probabilité de concessions symboliques, ces commentaires n’indiquent en rien une volonté de l’Allemagne d’accepter un nouveau type de transferts massifs ou de partage du risque bancaire. Au contraire, la défiance semble plutôt croître sur ce front.

Il est attendu d’Emmanuel Macron qu’il honore ses promesses de réforme de marché du travail, sur le modèle des mesures mises en place à travers la zone euro depuis quinze ans, à commencer par les réformes Hartz en Allemagne au début des années 2000. Il est néanmoins improbable que cela engendre une vague d’avancées institutionnelles ou un rééquilibrage de l’économie européenne qui, malgré le renforcement de la conjoncture, reste enfermée dans une dynamique de nivellement par le bas. L’euphorie est de peu d’utilité face aux choix les plus difficiles.

[i]Merkel warnt vor expansivem China: Peking sieht Europa eher als asiatische Halbinsel‘”, Wirtschaftswoche, 29 Juin 2017.
Sur la même thématique
L’ONU en crise ? Entretien avec Thierry Soret