ANALYSES

« La Corée du Nord et les États-Unis ont intérêt à maintenir une apparente tension »

Presse
5 juillet 2017
Interview de Pascal Boniface - L'Express
En quoi le tir de mardi diffère-t-il des précédents essais nord-coréens ?

Vu le temps de tir et sa distance, il semble en effet qu'on soit en face d'un essai de tir d'un genre nouveau, d'un missile balistique intercontinental. Si c'est bien le cas, la Corée du Sud serait en mesure d'attaquer, depuis son territoire, le sol américain, bien que l'Alaska ne soit pas des plus peuplés...

Mais il faut relativiser ce risque: d'une part parce que, même si le missile était effectivement capable d'atteindre l'Alaska, rien ne dit que la Corée du Nord soit capable de monter dessus une tête nucléaire, très lourde. D'autre part, parce que les deux pays ont intérêt à maintenir l'apparence d'une montée des menaces. La Corée du Nord pour se maintenir politiquement et les Etats-Unis pour justifier l'augmentation du budget de l'armée et dire aux Américains qu'ils doivent toujours mieux se protéger.

Donc le tir ne change pas fondamentalement la menace ?

Pas fondamentalement. C'est spectaculaire aujourd'hui parce que Trump est à la Maison Blanche et que Pyongyang a choisi de tirer le jour de la Fête nationale américaine, mais il n'y a pas de nouvelle menace.

Face aux provocations de Kim Jong-Un, que peuvent faire les Américains et les Sud-coréens ?

Le nouveau président sud-coréen n'a pas intérêt à hausser le ton face à Pyongyang, car il ne veut pas risquer de compromettre ses relations avec la Chine. Donald Trump, de son côté, a choisi d'augmenter la pression sur Pékin. Personne ne veut faire un pas vers une réelle agression, car tous savent qu'ils ont beaucoup à y perdre. Ce qui est sûr, c'est que le régime Nord-coréen ne renoncera jamais à son programme d'armement nucléaire, car le régime ne veut pas subir le sort de Mouammar Kadhafi et de Saddam Hussein.
Sur la même thématique