ANALYSES

La mondialisation donne un autre sens aux frontières

Presse
6 février 2017
N’y a-t-il jamais eu autant de migrations et de murs ?
Proportionnellement, la part des populations migrantes était plus importante au début du XXe siècle. Mais à l’époque, il y avait moins d’images, d’informations, également moins de problèmes économiques et sociaux, de chômage. La situation n’est donc pas comparable. Ce qui est certain, c’est qu’après une période d’optimisme, sur la fin des frontières, la liberté de circuler, après la chute du mur de Berlin et le démantèlement du Rideau de fer, on revient à une époque où un peu partout dans le monde se dressent des murs.

À quoi sert un mur aujourd’hui ?
Pendant longtemps, les frontières ont servi à retenir les citoyens, à l’image de l’Union soviétique. Aujourd’hui, on cherche plutôt à éviter que les autres rentrent. La mondialisation donne un autre sens aux frontières, alors, on en recrée. Mis à part le cas israélo-palestinien qui est un problème géopolitique, les riches se protègent des pays pauvres. Les États-Unis se protègent du Mexique et, au-delà, de toute l’immigration d’Amérique centrale et même latino-américaine. À Ceuta et Melilla, deux enclaves espagnoles en terre marocaine, des murs très hauts empêchent une immigration maghrébine et africaine au sens large.

Pourquoi nos sociétés ont-elles aussi peur de l’immigrant ?
Les murs sont à la fois physiques et dans les têtes. Plusieurs inquiétudes se rejoignent, socio-économiques, géopolitiques, sur l’avenir. Il est de plus en plus facile de se déplacer et de savoir ce qu’il se passe dans les pays riches. La première chose que fait un réfugié quand il arrive à un hotspot (un centre d’accueil européen des migrants), c’est de demander, peut-être à boire et à manger, mais surtout de recharger son téléphone portable.

On revient à un défi Nord - Sud…
Charles Aznavour chantait “emmenez-moi car la misère est plus supportable au soleil”. Les gens au soleil ne pensent pas ça et vont où il y a de la richesse. Mais les ouvertures sont unilatérales. Si on veut aller dans un pays africain, on paiera quelques centaines d’euros mais la plupart des Africains paient des milliers d’euros pour avancer avec des passeurs et mettent beaucoup plus de temps. Le Nord ferme ses frontières. C’est un signe d’absence de confiance en soi, dans l’avenir et l’humanité.

Les murs sont-ils efficaces ?
La nature humaine s’adapte toujours et trouvera d’autres moyens. Dans un monde globalisé, est-il possible de vivre dans une bulle entièrement protégée de l’extérieur ? Trump dit que la suspension des visas envers sept pays musulmans, sert à lutterc ontre le terrorisme, est-ce que ça ne va pas développer, au contraire, un sentiment antiaméricain ? Les derniers attentats commis aux États-Unis n’ont pas été commis par des gens venant de l’extérieur mais par des gens nés sur le sol américain. L’amalgame fait entre terroristes et réfugiés fuyant les persécutions risque de faire grossir l’opposition. À une autre époque, la guerre entre les États-Unis et le Japon à la fin des années 30 a débuté avec l’arrêt de l’immigration japonaise et chinoise. Ces mesures impersonnelles ne vont pas servir dans la lutte contre le terrorisme.

Pourquoi Donald Trump s’engage-t-il sur cette ligne dure, notamment avec le Mexique et la Chine ?
Il n’a pas des convictions idéologiques très affirmées puisqu’il est passé avant par les démocrates et les indépendants. Là, il a fait sa religion sur les questions d’islam et de murs, par une sorte de pragmatisme à lui. Il nous promet que ça va marcher et que ça marche déjà. On risque de voir très rapidement que cela pose plus de problèmes que cela n’apporte de solutions. Dans sa politique spectacle, le Mexique est une bonne cible. Mais insulter une nation n’apporte jamais de fruits positifs sur le long terme. Il montre qu’il est en charge, qu’il est le boss et applique son programme. Mais on peut penser que le mur le plus haut qui va se dresser contre Donald Trump sera le mur des réalités.
Sur la même thématique