ANALYSES

Pourquoi Theresa May choisit le Brexit net et clair

Presse
17 janvier 2017
Interview de Rémi Bourgeot - Challenges
Quelle est votre analyse générale du discours de Theresa May ?

Très critiquée ces derniers mois sur le fait qu’elle ne choisissait pas vraiment entre un Brexit « dur » et un Brexit « soft », la Première ministre s’est montrée plus ferme et plus précise sur ses objectifs. Elle a affirmé sa volonté de boucler la sortie de la Grande-Bretagne de l’Union Européenne dans les deux ans, comme prévu par les textes. Soucieuse de respecter le souhait principal des électeurs qui ont voté pour le Brexit, Theresa May leur donne raison en faisant du contrôle de l’immigration et de la maîtrise des frontières une ligne rouge infranchissable dans ses futures négociations avec l’Union Européenne. Pour elle, la Grande-Bretagne doit retrouver sa souveraineté pleine et entière sur ces questions. D’où son choix d’une sortie claire et nette de l'Union Européenne.

Qu’entend-elle par « Brexit clair et net » ?

Comme il n’est pas question pour elle de céder un pouce de terrain sur le contrôle total de l’immigration, Theresa May fait le choix de renoncer au Marché Unique et à l’Union douanière. Se placer dans ce cadre l’aurait mis, pense-t-elle, dans une position de faiblesse lors des négociations. Car elle aurait été obligée de passer un compromis avec les Européens sur l’immigration pour conserver l’accès au marché européen. Opter pour cette solution présente en outre un double avantage. D’abord elle montre sa volonté de mettre fin à la contribution britannique au budget européen, un autre souhait fort des pro-Brexit. Et le fait de renoncer à l’Union douanière la dégage de toute contrainte et lui permet de poser les termes de la négociation en proposant un accord de libre-échange équilibré avec l’Union Européenne. En réalité, elle rêve du marché unique sans ses inconvénients institutionnels et politiques! Tandis que face aux Européens qui souhaiteraient punir la Grande-Bretagne, elle lance une mise en garde contre une stratégie qui serait nuisible à leurs intérêts, étant donné le poids de leurs échanges avec le Royaume-Uni.

Theresa May déclare vouloir multiplier les accords de libre-échange. Qu’en pensez-vous ?

Sortir de l’Union douanière permet à la Grande-Bretagne de retrouver une souveraineté totale dans ses relations commerciales. Du coup, la Première Ministre britannique compte bien en profiter pour signer des accords avec des pays comme l’Inde, l’Australie, la Nouvelle Zélande et bien d’autres encore. Petit coup de pied de l’âne au passage, Theresa May n’a pas manqué de rappeler que Donald Trump avait placé la Grande-Bretagne en tête de liste pour un accord de libre-échange avec les Etats-Unis. Alors que Barack Obama avait déclaré, avant le référendum, que le Royaume-Uni se retrouverait en fin de liste! Mais Theresa May a une vision radicalement opposée des relations commerciales internationales. A la tête d’un grand pays, Donald Trump pense qu’il sera plus fort grâce à des mesures protectionnistes. A l’inverse, Theresa May, défavorable à l'édification de barrières douanières, fait le pari que le Royaume-Uni sera plus fort grâce au développement d’accords de libre-échange.

Propos recueillis par Jean-Pierre de la Rocque pour Challenges
Sur la même thématique