ANALYSES

Le grenier à blé sous tension climatique

Presse
25 novembre 2016
Interview de Sébastien Abis - Sud Ouest
En quoi le blé est-il crucial pour l'avenir de l'humanité ?

Cette céréale est au carrefour d'enjeux alimentaires, agricoles et climatiques. La démographie et révolution des usages alimentaires rendent toujours plus nécessaire une croissance de la production, en qualité comme en quantité. Dans lemonde, 3 milliards de personnes consomment quotidiennement du blé. Et, au contraire du maïs, dont la production est utilisée à 60 % pour nourrir les animaux, le blé sert d'abord à l'alimentation humaine. Force est de constater que, malgré les innovations technologiques, on n'a rien inventé de mieux que l'alimentation pour permettre à l’humanité de vivre ! Aussi le blé reste-t-il un produit vital pour la sécurité alimentaire mondiale.

En quelle proportion la production devra-t-elle augmenter à l'avenir ?

La production mondiale tourne autour de 750 millions de tonnes par an, sept fois plus qu'il y a un siècle. Tout porte à croire qu'il faudra la porter à 1 milliard de tonnes à l'horizon2050. « Conquérir » 250 millions de tonnes supplémentaires n'est pas donné, surtout en l'absence de vision stratégique ! Il faut savoir que, depuisl'entrée dans le XXIe siècle, les rendements augmentent moins vite qu'auparavant C'est aussi le cas en France, mais pas partout dans le monde. L'inquiétude est néanmoins légitime à l'échelle globale : pourra-t-on faire coller l'augmentation de la production à celle de la demande ? Pendant la décennie 2000, la production a été inférieure à la consommation une année sur deux. Les conséquences politiques et sociales de tels déséquilibres peuvent être majeures. Il faut se souvenir des troubles engendrés par la crise alimentaire de 2008-2009.

Votre démonstration porte sur le Bassin méditerranéen. En quoi la production de blé y est-elle plus « sensible » qu'ailleurs ?

Le blé y est au centre de toutes les tensions. La rive sud de la Méditerranée est la région du monde la plus pauvre en terres arables et en eau. Selon les conclusions du Giec (Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat), elle est aussi l'un des « points chauds » des changements climatiques. Au Maroc, les températures à l'intérieur des terres pourraient augmenter de 6 degrés d'ici à la fin du siècle, avec une multiplication des années de sécheresse. Combinés à la hausse de la démographie, toujours réelle en Afrique du Nord, les facteurs climatiques sont lourds de risque pour la stabilité socio-politique des pays du sud et de l'est de la Méditerranée. Ce problème est d'une très grande actualité. Il faut se souvenir que la Syrie a été victime d'une sécheresse très sévère entre 2006 et 2010 qui a désorganisé les communautés rurales et créé de l'insécurité au sein de la population. On ne peut pas ramener la guerre qui sévit depuis 2011 dans le pays à ce facteur, mais il a compté.

Comment affronter cette nouvelle donne climatique ?

Il faudra clairement produire plus tout en réduisant l'empreinte environnementale de l'agriculture. Il y a des facteurs d'espoir. Depuis dix ans, le Maroc montre qu'on obtient des résultats s'il y a une volonté politique sur la durée pour optimiser la production nationale et réduire la dépendance à l'égard des marchés internationaux. Il faut aussi garantir une stabilité des approvisionnements aux pays d'Afrique du Nord, et la France a un rôle à jouer sur ce point. Ne nous contentons pas de faire du commerce, lançons-nous dans une approche « commerce et développement » avec nos voisins. Aidons-les à produire et à stocker mieux, et à adapter leurs pratiques. En Égypte, 20 % de la récolte de blé est gaspillée avant de parvenir au consommateur. Il faut aussi agir sur ce levier pour réduire les pertes.

Le blé peut-il aider à résoudre la crise migratoire ?

On assiste à un accroissement des migrations de détresse. Elles ne sont pas uniquement liées à l'insécurité physique sur certains territoires. L'insécurité climatique, hydrique, foncière et alimentaire y a toute sa part. Si l’on veut s'attaquer au problème des migrations, il faut agir sur ses causes profondes. Et revitaliser les territoires ruraux des pays pauvres. C’est l'un des messages que plusieurs pays africains ont voulu faire passer lors de la COP22 en insistant sur la dimension géopolitique du développement agricole et rural.

Le blé est-il un attribut de puissance pour les pays producteurs ?

Sa consommation s'est mondialisée avec l'urbanisation. Alors que sa production reste très concentrée : 90 % de celle-ci dépend de dix pays. La France est le cinquième producteur mondial, ce qui est tout sauf anodin sur un territoire équivalent à 0,4 % des terres émergées ! Le climat, le sol, l'eau, le savoir-faire des producteurs et la volonté politique font de nous le troisième exportateur mondial les années de bonnes récoltes. Ce résultat est à considérer, à l'heure où l'on parle trop souvent du déclin de la France et de sa perte de compétitivité. À l'export, le blé représente 80 avions Rafale pour notre balance commerciale. Et il donne de l'emploi dans nos zones rurales, sans oublier ce qu'il procure encore pour l'alimentation des Français.

Entretien réalisé par Jean-Denis Renard
Sur la même thématique