ANALYSES

Rejet de l’accord de paix avec les Farc en Colombie : « Un grand saut dans l’inconnu »

Presse
3 octobre 2016
Interview de Christophe Ventura - LCI
A quoi faut-il s’attendre pour la Colombie après ce référendum ?

C’est un grand saut dans l’inconnu. On ne peut vraiment pas prédire ce qu’il va se passer à partir de maintenant. C’est un résultat globalement inattendu, même si cela faisait quelques temps que le non pouvait l’emporter vu la mobilisation très forte autour de l’ancien président Alvaro Uribe.
Il faut néanmoins savoir que ce référendum n’invalide pas ce qui a été entamé. L’accord et sa négociation ne sont pas strictement déterminés par ce vote, même s’il est évidemment plus difficile de poursuivre le processus avec ce rejet populaire. Ce résultat, mis en parallèle avec la forte abstention – la plus importante depuis 1994 dans le pays –, montre surtout la mobilisation de la droite emmenée par M. Uribe, hostile à l'accord depuis le départ.

Pourquoi la participation des Colombiens au scrutin a-t-elle été si faible ?

L’abstention indique qu’il n’y a pas d’évidence pour le peuple à soutenir un accord qui permet aux Farc un retour à la vie civile. Cette question des 52 ans de conflit reste en travers de la gorge de nombreux Colombiens. Beaucoup de gens ont perdu un mari, une femme, un enfant, un ami, etc. Les esprits de sont pas encore complètement pacifiés. C’est un sujet encore très vif dans les familles colombiennes. L’abstention semble donc montrer une envie de ne pas se prononcer.

Que demandent maintenant les opposants à l’accord ?

La plupart des opposants, et notamment M. Uribe, disent vouloir renégocier l’accord. Il va donc falloir repenser et rouvrir les discussions. Le président Juan Manuel Santos a proposé dès ce lundi matin une réunion de tous les partis politiques colombiens, y compris des partisans du "non", et des Farc. Cela semble indiquer que personne n’est dans la rupture totale.
La droite considère que le texte est trop favorable à la normalisation de la guérilla. Mais elle estime aussi qu’il va à l’encontre de ses propres "amis", puisque des sanctions judiciaires sont prévues contre les groupes paramilitaires colombiens. De manière générale, les Farc étant très impopulaires, la réinsertion prévue pour les guérilleros – notamment la présence garantie de leurs dirigeants au Congrès pendant 8 ans – a du mal à passer.

La paix est-elle en péril ?

À l’heure actuelle, il est difficile de prévoir ce qui va se passer. Aucun des acteurs n’a indiqué vouloir rompre avec l’idée d’un dialogue. On est donc suspendu à ces déclarations d’intention. Mais si la paix n’advient pas en Colombie, ce sera une triste nouvelle pour la région et pour le monde. Il n’y a pas d’alternatives possibles.

Le processus de paix entamé avec l’Armée de libération nationale (ELN), la seconde guérilla du pays, peut-il souffrir du résultat de ce référendum ?

Oui, il va en pâtir. Les pourparlers ont commencé en mars et l’ELN attendait de voir comment allaient se passer les négociations avec les Farc de manière concrète. La Colombie étant habituée aux processus de paix trahis, l’attentisme et la prudence prévalent du côté des guérilleros.
Sur la même thématique