ANALYSES

Livre Blanc : Tokyo s’inquiète de la menace montante de la Chine

Tribune
26 août 2016
Le 2 août, le ministère de la Défense japonais (MOD) a publié son document annuel de la défense, intitulé « Défense du Japon 2016 », approuvé par le Cabinet du Premier ministre japonais Shinzo Abe. Le Japon est, en particulier, préoccupé par les activités de remblaiement d’ilots menées par la Chine en mer de Chine du Sud et de militarisation de ces eaux stratégiques et riches d’hydrocarbures et de ressources halieutiques, ce qui a déclenché une course aux armements dans la région. « Il y a une tendance notable entre les pays voisins à moderniser et à renforcer leurs capacités militaires et d'intensifier leurs activités militaires », note ce consistant rapport de 484 pages, 60 pages de plus que l'année dernière, remarque The Diplomat.

Depuis 1989, la Chine a constamment augmenté son budget de défense avec croissance à deux chiffres, selon le MOD japonais et a lancé un programme de modernisation militaire rapide : « La Chine est en train d'effectuer des réformes militaires (...) que certains considèrent comme étant les plus importantes dans l'histoire du pays. (...) Récemment, ces réformes ont eu lieu à un rythme rapide. »

Tokyo est très préoccupé par les développements chinois. Dans l'Est et le Sud de la mer de Chine, Pékin « continue d'agir de manière autoritaire » et est « déterminé à atteindre ses exigences unilatérales sans compromis » et sans tenir compte des normes internationales, remarque le document. En outre, le Livre Blanc de la défense souligne que le mépris de la Chine vis-à-vis des normes internationales pourrait entraîner des « conséquences non intentionnelles ».

Le mois dernier, le tribunal d'arbitrage de La Haye aux Pays-Bas a invalidé les revendications radicales de la Chine dans la mer de Chine du Sud contestée, dans une affaire introduite par les Philippines. Mais la Chine a refusé de reconnaître la décision. Le Japon a alors appelé la Chine à respecter le verdict, dont il a dit qu’il est contraignant. Pékin a répliqué en avertissant Tokyo de ne pas s’immiscer dans cette affaire. La Chine revendique la majeure partie des 3,5 millions de kilomètres carrés de la mer de Chine méridionale, avec le sultanat de Bruneï, la Malaisie, les Philippines, Taïwan et le Vietnam qui, eux aussi, ont des revendications territoriales. Le Japon n'a, lui, aucune revendication territoriale dans cette zone de la mer de Chine mais craint que les bases militaires chinoises ne renforcent l'influence de Pékin sur une région par laquelle passe chaque année l’équivalent de 5 000 milliards de dollars de marchandises, une grande partie allant vers et depuis les ports nippons. Plutôt que de faire face à la Chine directement en déployant des navires de guerre, le Japon préfère fournir de l'équipement et de la formation aux nations d'Asie du Sud, y compris les Philippines et le Vietnam, qui sont les plus opposés aux ambitions territoriales de Pékin.

S’agissant du Nord de la mer de Chine, le rapport énumère diverses incursions chinoises dans les eaux autour des îles Senkaku / Diaoyu, îles japonaises en mer de Chine orientale mais revendiquées par la Chine. Il met en évidence l'entrée d'un navire de guerre chinois dans la zone contiguë autour des îles Senkaku : « C’est le premier cas où un vaisseau chinois militaire entre dans cette zone contiguë ».

Le document rappelle également que l’armée de l’air japonaise a dû faire décoller en alerte ses avions de combat quelques 571 fois au cours de l'exercice 2015 pour intercepter les avions militaires chinois approchant ou s’introduisant dans l'espace aérien japonais. C’est une augmentation significative par rapport à 2014, année déjà marquée par 464 sorties.

Le Livre Blanc consacre 50 pages à l'alliance Japon-Etats-Unis, qui s’est encore renforcée l’an dernier. Il consacre également une section distincte à la réinterprétation de la constitution pacifiste du Japon par l'administration Abe. Le document souligne la nécessité d'une approche plus proactive à l'égard de la sécurité japonaise (la constitution réinterprétée permet désormais « la légitime défense collective » et le soutien militaire limité à des alliés à l'étranger).

Autre sujet abordé dans le nouveau Livre Blanc, le développement nucléaire de la Corée du Nord. Tokyo juge possible que Pyongyang soit parvenu, comme il l'affirme, « à miniaturiser des charges nucléaires et à développer des têtes nucléaires ». Depuis le quatrième essai nucléaire nord-coréen du 6 janvier, qui a provoqué un net durcissement des sanctions de l'ONU à son égard, la Corée du Nord a, en effet, revendiqué toute une série d'avancées techniques inquiétantes.

Autre sujet de préoccupation dans cette région d’Asie du Nord-Est mentionné dans « Défense du Japon 2016 », la puissance militaire montante de la Russie en Extrême-Orient, qui y déploie un arsenal croissant. Le document mentionne aussi les différends territoriaux que le Japon connaît avec la Corée du Sud et la Russie : « La question territoriale sur notre territoire souverain des Territoires du Nord [nom japonais donné aux îles Kouriles sous occupation russe] et Takeshima [nom donné à l’îlot sud-coréen de Dokdo] reste encore en suspens. ». Le terrorisme est aussi une grande préoccupation auquel le Japon doit répondre notamment après l’attaque par des militants islamistes au Bangladesh qui a coûté la vie le mois dernier à sept travailleurs humanitaires japonais et treize autres personnes.

La publication de ce Livre Blanc très attendu n’a pas laissé indifférent son grand voisin. Les médias d'Etat chinois ont condamné le rapport sur la défense, indiquant qu'il attise les tensions dans la région en vue de justifier de nouveaux projets de loi de sécurité du Japon et de se rapprocher des objectifs de longue date de l'administration Abe de réviser la constitution pacifiste japonaise. Le ministre de la Défense chinois, Chang Wanquan, en visite dans la province côtière de Zhejiang, a exhorté forces armées, police et population à se préparer à « une guerre maritime populaire » pour contrecarrer les menaces et sauvegarder sa souveraineté. Quant à l’'agence officielle Chine nouvelle, elle a violemment critiqué ce Livre Blanc, accusant le Japon de « proférer des remarques irresponsables à l'égard de la défense nationale de la Chine et des activités maritimes normales et légales de la Chine dans les mers de Chine orientale et méridionale ».

Face à cela, la nouvelle ministre de la Défense japonaise, la très nationaliste Tomomi Inada, s'en est pris, lors de son premier jour à son poste début août, à la Corée du Nord pour ses « provocations » et à la Chine qu'elle accuse de vouloir « changer par la force le statu quo » dans la région. Les faits récents lui donnent partiellement raison. Outre l’incursion d’un navire de guerre chinois dans les eaux territoriales japonaises au large des Senkaku, Pékin a installé dans une zone disputée de mer de Chine orientale un radar qui pourrait être utilisé à des fins militaires, selon la presse japonaise, un geste qui pourrait aggraver les tensions avec Tokyo. Le ministère des Affaires étrangères japonais s'est plaint auprès de Pékin par les canaux diplomatiques du fait que la Chine a installé un radar de veille de surface et des caméras de surveillance sur une de ses structures marines construites sur un champ gazier revendiqué par les deux capitales, selon le quotidien Nikkei. Il s'agit selon la publication du premier radar connu installé par la Chine sur une de ses structures dans cette zone vraisemblablement riche en pétrole et gaz. Le Japon s'inquiète de ce que la Chine ne cherche à renforcer sa présence militaire dans cette mer. La tension à propos de ces îlots et rochers situés au sud de l'archipel nippon a culminé fin 2012, nuisant sérieusement aux relations bilatérales. Elle n’est pas près de disparaître tant les tensions sont vives et chaque camp reste sur le qui-vive.
Sur la même thématique