ANALYSES

Sommet de l’Organisation de coopération de Shanghai : des perspectives prometteuses pour l’institution ?

Interview
3 juin 2016
Le point de vue de Barthélémy Courmont
L’Organisation de coopération de Shanghai (OCS) tiendra un nouveau sommet les 23 et 24 juin à Tachkent, en Ouzbékistan. Quels sont les enjeux de cette réunion, et notamment de la future adhésion de l’Inde et du Pakistan ?
L'OCS fêtera ses quinze ans d'existence à l'occasion de ce Sommet (les premières discussions remontent à 1996), qui sera également marqué par son premier réel élargissement. Si plusieurs pays sont devenus membres observateurs (l'Iran, la Mongolie ou encore le Belarus), et d'autres comme la Turquie simples partenaires de discussion, l'adhésion annoncée de l'Inde et du Pakistan marque un tournant notable, à la fois dans la trajectoire de cette organisation, mais aussi des deux pays concernés qui semblent chercher un forum sur lequel s'appuyer pour sortir d'une logique de confrontation. L'OCS passera ainsi à huit membres, parmi lesquels on note surtout la présence de la Chine, de la Russie, et donc prochainement de l'Inde, soit les trois BRICS asiatiques. S’il ne s'agissait jusqu'à présent que d'un dialogue sino-russe incluant les pays d'Asie centrale, ce sera désormais une organisation de poids à échelle asiatique.

Comment construire une cohérence politique autour de « l’Esprit de Shanghai » malgré la diversité et les divergences des membres de l’institution ? La ceinture économique de la Route de la Soie peut-elle être un point d’appui de coordination et de cohésion des politiques économiques et sécuritaires ?
Il convient d'abord de rappeler que les objectifs de l'OCS sont de conforter la stabilité régionale et de renforcer la coopération politique, mais aussi économique et commerciale, entre les Etats membres. En ce sens, l'Esprit de Shanghai est plus proche de celui qui anime l'Asean en Asie du Sud-est que des organisations occidentales comme l'OTAN ou l'Union européenne, en ce qu'il est construit autour du consensus et d'une approche très pragmatique et non articulée autour de valeurs (UE) ou d'objectifs communs (OTAN). Dans le contexte actuel, l'économie est au cœur de la coopération entre les Etats membres, la sécurité et la stabilité étant surtout vues comme des impératifs permettant de renforcer la croissance. C'est la logique qui anime des pays comme l'Inde et le Pakistan, qui ne souhaitent pas être exclus d'une dynamique régionale, et même continentale, et qui finalement fonde la cohérence politique.

Après l’Inde et la Pakistan, quels nouveaux élargissements peut-on envisager pour l’OCS ? Cette dynamique traduit-elle le changement de l’équilibre des forces sur la scène internationale ? L’OCS a-t-elle les moyens de faire contrepoids aux institutions occidentales ?
Avec l'entrée de l'Inde et du Pakistan, c'est vers le Sud que se tourne l'OCS. Le Sri Lanka et le Cambodge sont déjà partenaires de discussion, en plus de pays du Caucase, mais c'est du côté de l'Asean que les élargissements futurs pourraient être relevés, les différents pays de la zone étant déjà très liés économiquement à la Chine, et dans une moindre mesure à l'Inde. Comme l'OCS est clairement plus économique que militaire aujourd'hui, cette dynamique n'est pas à exclure, et l'organisation s'oriente ainsi vers une dimension continentale, là où elle était limitée à un dialogue bilatéral et cantonnée à ses origines. Le Japon et les Etats-Unis se sont vus refuser le statut de membre observateur, ce qui traduit la volonté de créer une force susceptible de rivaliser avec les institutions occidentales. Le siège de l'OCS, situé à Pékin, illustre le poids central de la Chine dans cette organisation. Quant aux moyens, disons que l'OCS a compris l'inutilité, pour le moment du moins, de chercher à concurrencer l'OTAN (alors qu'elle en était présentée comme le rival potentiel il y a quinze ans), et c'est justement en se focalisant sur les échanges économiques et commerciaux qu'elle renforce son influence. Avec l'entrée d'un pays comme l'Inde, l’organisation s'impose comme une force sur laquelle il faudra désormais compter sur la scène internationale.
Sur la même thématique