ANALYSES

Obama à Hiroshima : une réaffirmation des liens étroits entre le Japon et les Etats-Unis

Interview
27 mai 2016
Le point de vue de Barthélémy Courmont
Barack Obama est le premier président américain à se rendre à Hiroshima. Des excuses ou des regrets ayant été exclus, comment doit-on considérer la visite de Barack Obama qui cherche aussi à marquer positivement la fin de son mandat ? Cette initiative ne va-t-elle pas finalement raviver les plaies et les débats autour de l’utilisation de la bombe atomique le 6 août 1945 ?
Il a fallu attendre 1974 et la visite de Gerald Ford pour qu'un président américain en exercice se rende au Japon, et donc quatre décennies de plus pour que son successeur visite Hiroshima et son très emblématique Mémorial de la Paix. Il s'agit donc d'une visite historique, qui s'inscrit dans la volonté de Barack Obama de marquer sa dernière année à la Maison Blanche de symboles fort, de l'accord avec l'Iran à le levée de l'embargo sur les ventes d'armes au Vietnam, en passant par le rétablissement de relations diplomatiques avec Cuba. En ce sens, présenter des excuses était exclu, d'abord parce que ce serait une remise en cause de la version officielle aux Etats-Unis, et donc un soutien aux thèses révisionnistes (Obama a clairement rappelé que cette question appartient aux historiens), et ensuite parce que cela supposerait que le Japon doive de son côté présenter des excuses pour l'attaque sur Pearl Harbor et plus encore pour les crimes de guerre de l'armée impériale. Il s'agit là d'un sujet hautement sensible, et la Maison Blanche connaissait les limites de l'exercice. Pas de repentante donc, même si nous noterons que la simple présence d'Obama dans ce lieu très symbolique, son discours pacifiste, l'évocation de la "mort tombée du ciel" et des victimes innocentes sont un geste très fort.

Quels sont les enjeux de ce déplacement au-delà de son aspect symbolique ? Washington et Tokyo cherchent-ils à renforcer leurs liens stratégiques pour faire face aux ambitions chinoises en Asie ?
Il s'agit plus d'une réaffirmation que d'un renforcement, les liens étant déjà très étroits. D'ailleurs, l'un des moments les plus importants du discours d'Obama est celui qui fait référence au fait que d'anciens adversaires sont non seulement devenus des partenaires, mais aussi et surtout de proches amis. Un message clair qui illustre la relation entre les deux pays dans un climat d’inquiétude face à la montée en puissance chinoise, et qui dans le même temps illustre la doctrine Obama en matière de politique étrangère, avec une volonté de tourner des pages douloureuses pour proposer de nouveaux partenariats. Le Japon est le meilleur exemple, avec l'Allemagne dans une moindre mesure, de cette capacité de Washington à avoir transformé d'anciens ennemis en amis et alliés. Le rappeler à Hiroshima, qui reste omniprésent dans les débats mémoriels au Japon, était important.

La menace que représente l’arme nucléaire est au cœur de la visite du président américain. Où en est aujourd’hui la perspective d’un monde dénucléarisé appelé par les vœux d’Obama ? N’est-ce pas simplement de la rhétorique alors que les tensions nucléaires sont ravivées en Europe par l’installation d’un système balistique américain en Roumanie ?
Il s'agit d'un des grands chantiers, inachevés, des deux mandats de Barack Obama. Rappelons le discours de Prague de 2009, dans lequel il appelait déjà à la dénucléarisation totale, les accords avec Moscou, et le Prix Nobel de la Paix qui récompensait ses intentions (plus que ses actions). Il y a dans ce discours de Hiroshima une résonance à celui de Prague, notamment quand le président américain met l'accent sur l'inutilité de l'arme nucléaire. Ses convictions sont profondes sur ce sujet, il profite de sa dernière année au pouvoir pour le rappeler, comme pour laisser un héritage à celui ou celle qui lui succédera. Malgré cela, la réalité du désarmement nucléaire se heurte aux stratégies des grandes puissances et à un environnement sécuritaire qui ne s'y prête pas. En ce sens, les engagements de Barack Obama, aussi louables fussent-ils, resteront sans effet encore quelques années au moins.

Barthélémy Courmont récemment publié deux ouvrages sur le sujet : Le Japon de Hiroshima. L'abîme et la résilience (Vendémiaire, 2015) et Mémoires d'un champignon. Penser Hiroshima (Lemieux éditeur, 2016).
Sur la même thématique