ANALYSES

Etats-Unis – Vietnam : un rapprochement stratégique ?

Interview
25 mai 2016
Le point de vue de Barthélémy Courmont
Les Etats-Unis ont levé les dernières restrictions à la vente d’équipements militaires au Vietnam, en place depuis 50 ans. Peut-on considérer que les relations entre les deux pays se sont pleinement normalisées ?
Il s'agit en effet d'un geste hautement symbolique qui marque le rapprochement très significatif entre les deux pays amorcé sous l'administration Bush, et accéléré sous l'administration Obama, en marge de la stratégie du pivot asiatique. D'une certaine manière, cette décision est à mettre au même niveau que le rétablissement de relations diplomatiques avec Cuba, ou l'accord avec l'Iran, et participe à la volonté de Barack Obama de redéfinir la relation avec les anciens rivaux et adversaires de Washington. Dans ces trois cas, ce sont les Etats-Unis qui ont pratiqué une politique de main tendue et, en ce sens, la levée de l'embargo des ventes d'armes vers le Vietnam est en effet le signe d'une normalisation très avancée et qui ferme une parenthèse de plus d'un demi-siècle.

Après avoir signé l’accord de libre-échange transpacifique, le Vietnam est-il en train d’abandonner ses réticences quant à un rapprochement avec Washington ou joue-t-il simplement des rivalités régionales ?
C'est plus du côté américain qu'il y a eu un changement de perception depuis quelques années. Le Vietnam voit dans le rapprochement avec les Etats-Unis un moyen de se "protéger" de son voisin chinois, avec lequel les relations sont difficiles, et symbolisées par les différends maritimes réactivés depuis le début de la décennie. Il y a donc un opportunisme dans l'amélioration de la relation avec Washington mais qui ne s'est pas accompagné de modifications profondes du régime ou de son rapport à l'extérieur. Le Vietnam ne voit plus dans les Etats-Unis une menace à sa sécurité. En revanche, Hanoï s'inquiète de la montée en puissance chinoise, et dans le même temps cherche à s'affirmer comme l'une des principales puissances de l'Asean, tant économiquement que diplomatiquement. La fermeté des autorités vietnamiennes sur les différends maritimes est ainsi révélatrice d'une volonté de ne pas rester passif face aux revendications chinoises et, en ce sens, le soutien des Etats-Unis, même important, n'est qu'un instrument de plus au service de la stratégie régionale de Hanoï.

Le renforcement de la coopération militaire entre les Etats-Unis et le Vietnam fait-il partie d’une stratégie américaine de dilution de la puissance chinoise à travers de nouvelles alliances ? L’initiative intervient-elle en réaction à l’affirmation croissante de la Chine ?
Oui, et ce n'est pas nouveau. La stratégie d’« endigagement », à savoir la combinaison d'un engagement et d'un endiguement, était déjà pratiquée il y a une décennie sous l'administration Bush. La stratégie du pivot, qui semblait au départ plus ambitieuse, n'en est que la continuité. Il s'agit plus d'une stratégie chinoise que d'une stratégie asiatique, et les pays de la région l'ont parfaitement compris, au point d'orienter dans la direction qui leur convient le nouvel engagement américain. Le Vietnam et les Philippines, les deux pays en crise diplomatique ouverte avec Pékin, ont ainsi tiré profit de cette volonté de Washington de reprendre place dans la région, associée à cette obsession chinoise. C'est donc sur le terrain militaire que cette stratégie du pivot s'est matérialisée, tandis que l'accord de libre-échange transpacifique, au départ ambitieux, aura au final un impact limité. Le constat est là : sur le terrain militaire, les Etats-Unis peuvent endiguer la montée en puissance chinoise. Mais au niveau des échanges économiques et commerciaux, la Chine s'est imposée en Asie du Sud-Est depuis des années, et les différends actuels n'y changent rien.
Sur la même thématique