ANALYSES

Comprendre le radicalisme sunnite : un défi qui implique de dépasser les questions de la langue et de la culture

Presse
1 avril 2016
Interview de Philippe Le Corre - Atlantico
A la lecture du post récent de deux de mes collègues suggérant que la "culture politique française" est responsable du militantisme sunnite à travers le monde, je me suis rappelé la paraphrase de Voltaire faite par Evelyn Beatrice Hall : "Je ne suis pas d'accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu'au bout pour que vous ayez le droit de le dire". Mais cela ne m'empêche pas de désapprouver l'article de Will McCants et Chris Meserole, qui confond corrélation et causalité.

La liste des villes ciblées par les djihadistes est longue : Paris a été attaquée à deux reprises l'année dernière, en janvier (17 personnes tuées) et en novembre (130 morts et 400 blessés) ; Bruxelles a été visée trois fois, la première au musée juif en mai 2014 (4 morts), et ce mois-ci par deux attaques suicide qui ont provoqué la mort de 35 personnes ; Madrid a été frappée en 2004 par l'attentat d'un groupe terroriste affiliée à Al Qaïda dans un train qui a tué 192 personnes et blessé plus de 1800 ; et par la série d'attaques suicide du mois de juin 2005 à Londres qui a causé la morts de 52 personnes et en a blessé plus de 700.

Ce n'est pas qu'un problème européen, bien sûr -de nombreuses villes dans le monde ont subi des attaques djihadistes au cours des dernières années, notamment Istanbul, Ankara, Beyrouth, Charm el-Cheikh, Ottawa, Dhaka, Jakarta et Nairobi, sans faire mention des attaques isolées de Boston (en 2013), Sydney (en 2014) et San Bernardino (en 2015).

Deux des capitales européennes qui ont été confrontées à de lourdes pertes ont une longue histoire de gestion du terrorisme : Londres a subi de nombreuses attaques meurtrières de l'Armée républicaine irlandaise, et Madrid a fait face à des frappes de militants basques séparatistes membres de l'ETA.

Aucun de ces gouvernements n'a réussi à empêcher les attaques des djihadistes.

Qui sont les combattants étrangers ?

Selon un rapport publié en décembre 2015 par le groupe Soufan, les combattants européens en Irak et en Syrie viennent principalement de quatre pays : la France (1800 entre juin 2014 et décembre 2015), le Royaume-Uni (760), l'Allemagne (760) et la Belgique (470). La Belgique a le nombre de combattants étrangers par habitant le plus élevé de l'Union européenne.

Il y a deux types de combattants étrangers : ceux issus d'autre pays du Moyen-Orient qui ont rejoint Daech (l'acronyme arabe de l'Etat islamique) sur le sol syrien ou irakien et ceux qui détiennent des passeports européens, sont allés se battre dans la région et sont ensuite revenus en Europe. Les attentats des villes européennes ont été commis par des détenteurs de passeport européen, tous de jeunes hommes qui connaissaient l'environnement local, les coutumes, et le système de transport public. Par exemple, les attentats suicide de Londres de 2005 ont été commis par des musulmans nés au Royaume-Uni, parlant anglais et dont les parents étaient des immigrés pakistanais. Tous les assaillants connus des attaques de Paris étaient des citoyens européens et les deux kamikazes de Bruxelles étaient des ressortissants belges.

Pas d'explication simple

Il y a plusieurs facteurs expliquant pourquoi les attaques de Bruxelles ont eu lieu, la langue française en fait partie mais elle est très secondaire.

D'abord, comme l'universitaire Gilles Kepel l'a souligné, la majorité des combattants étrangers belges en Syrie venait de la région flamande de la Belgique et non de la partie francophone. Mais au-delà de cela, il est important d'admettre que les problèmes de gouvernance en Belgique ont provoqué d'importantes failles dans le renseignement. Le pays est dirigé par pas moins de cinq gouvernements, et il y a eu peu de coordination (sur la montée du djihad, parmi d'autres problèmes) entre le gouvernement fédéral belge et les gouvernements régionaux.

La France a la population musulmane la plus nombreuse d'Europe, du fait de son passé colonial dans trois pays nord-africains : l'Algérie, le Maroc, la Tunisie. Il est vrai -comme Kepel l'a souligné dans son dernier livre- que de nombreux djihadistes français sont des immigrants de deuxième -ou troisième- génération qui se sentent ostracisés par la société et l'économie française. Contrairement à leurs parents qui sont arrivés en France dans le sillage de la décolonisation dans les années 1960, de nombreux jeunes d'origine nord-africaine font face à un marché de l'emploi bien plus tendu. Ils ont beau avoir une carte d'identité ou un passeport français, ils n'ont pas le sentiment d'appartenir au système français. Ils se sentent aliénés.

Enfin, vient la question clé de la religion. Depuis plus d'un siècle, la France a opéré une stricte séparation de l'église et de l'Etat. Depuis 2004, une nouvelle loi intitulée "Loi sur la Laïcité" interdit les "signes religieux ostentatoires" dans les écoles publiques. Cela a donné lieu à une insatisfaction grandissante chez certains musulmans qui se sentaient déjà écartés par le courant dominant français. Une partie de la population musulmane en France rejette clairement ce cadre légal, bien que certains aient bénéficié des efforts faits pour promouvoir la diversité. Il y a des quartiers musulmans, des magasins halals, des écoles religieuses, tous ces dispositifs étant au service d'une population française de plus de 5 millions de musulmans.

Les dirigeants français sont conscients que le pays peut faire plus pour intégrer et soutenir ses communautés musulmanes. La France a instauré des corps représentatifs comme le Conseil français du Culte Musulman, une fédération créée en 2003 qui représente des centaines d'associations musulmanes. Le ministère français de la Défense a désigné des aumôniers militaires musulmans, des villes ont inauguré des cimetières avec des sections entières dédiées aux musulmans, et davantage de salles de prière ont été ouvertes dans toute la France. Il ne s'agit là que de quelques exemples sur la façon dont le gouvernement français essaie de répondre au problème de l'aliénation à laquelle font face certains musulmans dans le pays.

Il faut faire preuve de prudence lorsque l'on désigne le langage ou la culture pour expliquer le radicalisme sunnite dans le monde. A la place, nous devrions nous concentrer sur le défi de l'intégration et de la coopération au sein des et entre les pays – cela est de loin le défi numéro un pour de nombreux gouvernements qui luttent contre la menace du terrorisme djihadiste.
Sur la même thématique
La France, en crise d’identités ?