ANALYSES

« Les talibans pakistanais veulent déstabiliser le Pakistan pour le contrôler »

Presse
20 janvier 2016
Interview de Karim Pakzad - La Croix
Pourquoi les talibans pakistanais ont-ils visé les étudiants de l’université Bacha Khan près de Peshawar ?

Techniquement, il est plus facile d’atteindre des étudiants dans une université, à Peshawar – capitale de la région pachtoune du Pakistan et fief des talibans pakistanais –, que de viser une caserne ou le siège du gouverneur. Pour les talibans, les étudiants appartiennent à l’élite, ce qu’ils détestent, car ils étudient les sciences, la physique, la chimie et non la charia.
En décembre 2014, les talibans pakistanais avaient commis un attentat sanglant contre une école des enfants des officiers pakistanais. Ce qui avait causé beaucoup d’émoi au Pakistan.
Après ce massacre, l’armée et le gouvernement ont lancé une vaste offensive contre les talibans pakistanais. Depuis 14 mois, ces opérations ont eu le succès escompté : le Waziristan du Sud, fief des talibans, est quasi nettoyé. L’armée est présente, de nombreux talibans ont été tués, une partie est allée plus au nord, l’autre s’est réfugiée en Afghanistan. ils sont l’un des points de la négociation entre le Pakistan et l’Afghanistan.
Depuis toujours, les Afghans ont demandé aux Pakistanais d’arrêter de soutenir les talibans afghans. Maintenant, le Pakistan demande aux Afghans de mettre fin à leur protection des talibans pakistanais.

Que veulent les talibans pakistanais ?
Ces attentats sont un message adressé au gouvernement pakistanais et à l’armée pour qu’ils mettent fin à leurs opérations contre eux.
Les talibans du Pakistan et ceux de l’Afghanistan sont distincts. Autant l’armée pakistanaise a créé et soutient toujours les talibans afghans, autant, depuis le contrecoup de la guerre en Afghanistan, les talibans pakistanais, dès leur création, ont échappé au contrôle du Pakistan.
Jusqu’à la fin 2014, après la victoire du premier ministre Nawaz Sharif aux élections pakistanaises, il a commencé à négocier avec les talibans poursuivant ce que le gouvernement du Parti du peuple pakistanais (PPP) avait commencé avant lui. Il a négocié avec les talibans pour mettre un terme à cette guerre longue, aux nombreuses victimes, coûteuse pour l’État, car se déroulant dans des zones tribales, à l’accès difficile et où les gens sont attachés à leur autonomie qui existait avant même la création du Pakistan. Tous les mouvements de type Al-Qaida et Daech se trouvent dans cette région entre Afghanistan et Pakistan, et aussi dans la vallée de Swat.
Les talibans pakistanais veulent déstabiliser le Pakistan pour le contrôler. C’est pourquoi on assiste à une multiplication des attentats à Peshawar, Rawalpindi, à Lahore, Karachi, Islamabad. De même que les talibans afghans maintiennent la pression en multipliant les attentats en Afghanistan pendant les négociations avec Kaboul, les talibans pakistanais poursuivent leurs actions terroristes tout en négociant avec le gouvernement pakistanais.

L’armée pakistanaise soutient-elle encore les talibans afghans ?
Oui, le Pakistan poursuit toujours une politique claire de soutien aux talibans afghans. Islamabad a beaucoup d’intérêts en Afghanistan. Mais il est aussi prêt à aider pour que les négociations s’engagent entre les talibans afghans et Kaboul. Ces négociations se déroulent entre l’Afghanistan, le Pakistan, la Chine et les États-Unis pour trouver une feuille de route afin d’engager ces pourparlers.
Dans ces négociations, Islamabad veut obtenir que l’Afghanistan limite ses relations avec l’Inde ; que l’Afghanistan reconnaisse comme frontière la « ligne Durand », tracée par l’empire britannique en 1893 ; que les talibans afghans aient un rôle dans la coalition gouvernementale afghane qui pourrait sortir des négociations actuelles. Enfin, que la relation avec Kaboul se poursuive car elle lui est vitale, notamment pour les voies de communication avec l’Asie centrale.

Propos recueillis par Agnès Rotivel pour La Croix
Sur la même thématique
La politique arabe de François Hollande
La menace djihadiste