ANALYSES

Nouvelles élections sur fond de scandale de corruption au Guatemala

Interview
8 septembre 2015
Le point de vue de Jean-Jacques Kourliandsky
Qu’est-ce que la démission et l’arrestation (le 3 septembre) de l’ancien président guatémaltèque Otto Pérez Molina signifient de l’atmosphère politique et juridique du pays ?
Le Guatemala a toujours été un pays à la fois marqué par les scandales liés à l’impunité face aux crimes – des forces armées et de la police principalement – et aussi face à la corruption politique. En 2006, un accord a été trouvé avec l’ONU en vue de créer une commission juridique particulière – Commission internationale contre l’Impunité au Guatemala (CIGIG) – qui assiste les autorités en vue d’aider à mettre fin à cette situation.
La population reste sceptique sur le changement des mœurs politiques du pays et l’exprima via des manifestations de rue, mais le travail effectué par cette commission de l’ONU a permis à la population de soutenir cet effort, ainsi qu’à la justice de faire son travail. Par conséquent, le président de la république, à trois jours de l’élection présidentielle, a été démis de ses fonctions par le parlement, mis en examen et incarcéré. C’est une situation tout à fait inédite au Guatemala et en Amérique latine mais qui ne préjuge en rien l’évolution même du pays.

Quels étaient les enjeux des nouvelles élections présidentielles et législatives organisées ce dimanche 6 septembre ? Comment expliquer l’arrivée en tête de Jimmy Morales (parti du Front de Convergence nationale) ?
C’est le paradoxe de la situation : d’un côté un évènement ébranle le système institutionnel, entrainant une exigence de réforme mais d’un autre il y a une élection présidentielle qui se déroule comme si le pays vivait dans une parfaite normalité. Les candidats étaient déconnectés de ce qui s’était passé durant ces dernières semaines au Guatemala à tel point que beaucoup d’électeurs ne souhaitaient pas voter considérant que cela ne valait pas la peine et que ces élections n’avaient aucun rapport avec la situation actuelle.
Si l’on s’intéresse aux résultats, le candidat arrivé en tête est un candidat traditionnel de droite, en dépit de son profil particulier d’animateur de télévision, d’humoriste, avec également un profil religieux qui est un critère important au Guatemala. Son rival est un homme d’affaires qui est dans une situation personnelle très contestée, dénoncé pour avoir financé sa campagne électorale de façon très opaque et ayant dépassé les plafonds de dépenses autorisés. La troisième candidate est la femme d’un ancien président de la république qui, en 2011, avait essayé de se présenter (alors que la loi ne le permettait pas) en divorçant de son époux pour des raisons de convenance électorale, sans succès.
Il y a une offre électorale et politique présentée aux électeurs qui n’a aucun rapport avec les enjeux et les conséquences des décisions de justice de la semaine dernière.

Quelles sont les perspectives de changement à travers ce nouveau vote ? Le Guatemala peut-il profondément réformer ses institutions et mettre fin à la corruption de l’oligarchie économique et politique du pays ?
Il est difficile de répondre à cette question. Il y a effectivement aujourd’hui une exigence de réforme qui est posée par les tribunaux, secondés par des ONG et une partie de la population. Certaines institutions politiques sont tout à fait en marge de ces exigences et il va falloir trancher. Le président par intérim jusqu’au mois de janvier est considéré comme un homme de justice, et a signalé avoir entendu le message mais il n’occupe qu’une fonction temporaire. Quel que soit le candidat élu, il faudra voir si celui-ci aura la capacité politique et la volonté de procéder à des réformes qui correspondent à l’attente des guatémaltèques.
Sur la même thématique
Trump et le monde