ANALYSES

Enrayer l’expansion de Daech en Libye ?

Tribune
7 septembre 2015
La situation politique en Libye est confuse, complexe et meurtrière. L’implantation du groupe terroriste l’Etat islamique (été 2014), a accéléré le processus de déliquescence du pays. Sans compromis politique entre les différents protagonistes de la guerre civile, pour combattre Daech, il n’y aura pas de stabilisation, ni de retour à l’ordre institutionnel.

Retour à la légitimité

Depuis les élections de juin 2014, il existe deux parlements et deux gouvernements. L’ancienne majorité islamiste a refusé de se retirer pour laisser gouverner des formations d’obédience politique différente, et a prolongé le mandat de l’ancien parlement. Un gouvernement composé d’islamistes et différents groupes s’est ensuite installé à Tripoli. Les vainqueurs du scrutin de l’été dernier, seuls reconnus par la communauté internationale, se sont repliés à Tobrouk. Il existe également une assemblée constituante, élue au mois de février 2014.
Sur le terrain, le rapport de force est très favorable aux milices : au cours des deux dernières années, elles se sont regroupées en plusieurs formations pour constituer un pôle militaire en dehors du parapluie institutionnel mais elles sont aussi éclatées en une multiplicité de brigades. Les plus radicaux ont opéré une jonction et établi des liens avec certains groupes qui agissent au Proche-Orient ; ce déploiement transfrontalier signifie une volonté d’affirmer des intérêts communs et une vision déstabilisatrice de toute la région Maghreb/Machrek.

Déstabilisation de la région

La guerre civile représente un risque majeur de déstabilisation pour toute la région, qu’il s’agisse de la progression de Daech, de la circulation massive d’armes, du contrôle – déjà en cours – total ou partiel par des groupes extrémistes de la production pétrolière, sans oublier les conséquences sur les populations déplacées qui fuient les combats. Dans un tel contexte, les aspects internationaux prennent une dimension de premier plan et, à l’instar de ce qui se passe en Syrie et en Irak, on retrouve les mêmes clivages et la même tentation d’intervenir sur le terrain de la part de certains pays occidentaux ou arabes. C’est le cas de l’Égypte qui a déjà procédé à des frappes aériennes sur des positions de Daech. Pour éviter d’être entraîné dans cette guerre, l’Egypte développe une importante coopération dans les domaines militaires et du renseignement avec les autorités de Tobrouk et le Caire. De leur côté, la France et l’Italie, inquiètes des conséquences sur les pays riverains et de l’afflux de réfugiés s’interrogent encore sur une éventuelle opération militaire, sans qu’aucune décision ne soit définitivement arrêtée. Certains pays comme l’Algérie tentent d’écarter cette hypothèse craignant l’effet domino sur sa propre sécurité.

Des voisins inquiets

L’Algérie a adopté une double approche. D’une part, en tant que médiatrice entre les parties en conflit : elle affiche un soutien au dialogue et un refus des ingérences étrangères, conformément à ses principes traditionnels, ce qui l'amène à s'opposer aux opérations militaires du Caire. D’autre part, elle a aussi ses préférences et des intérêts à défendre. La coopération dans les domaines militaires et du renseignement s’est développée entre Tobrouk et Alger et la présence des forces spéciales algériennes sur le terrain lui permet de rester informée sur les évolutions des rapports de force. Sur le plan diplomatique, l’Algérie n'est pas disposée à se laisser déposséder de l'initiative dans le règlement de cette crise. Les Américains partagent l’approche de l’Algérie, et ne s’engageront pas davantage… La doctrine de Barack Obama du désengagement militaire ne changera pas d’ici à la fin de son mandat. La Maison-Blanche laisse à l’ONU la gestion de ce dossier pour parvenir à un accord.

Autre pays inquiet de l’implantation de Daech au Maghreb, le Maroc, qui mène régulièrement des opérations de démantèlement de cellules terroristes sur son territoire, a lui aussi abrité, en collaboration avec les Nations unies, plusieurs rounds de négociations entre les représentants des deux gouvernements dans la station balnéaire de Skhirat, près de Rabat, sous la direction de Bernardino Leon, envoyé spécial de l’ONU pour la Libye.

La Tunisie, pour sa part, a déjà payé un lourd tribut à l’instabilité libyenne, son économie et le fragile processus de démocratisation s’en ressentent. Toutefois, il est peu probable qu’il soit en remis en cause par l’actuel président de la République. Quoi qu’il en soit sans un retour à une paix négociée, la menace de déstabilisation pourrait devenir chronique dans toute la région.

Compromis politique

Le processus confié aux Nations unies se déploie selon deux axes : rétablissement du dialogue, et menace d'actions répressives vis-à-vis des acteurs libyens qui recourent à la violence.

Les pays du 5+5, réunis à Madrid le 19 septembre 2014 pour une conférence spécialement consacrée à la Libye ont apporté leur appui à cette démarche qui, pour l’heure, n’a pas permis de parvenir à un accord final, même si l’on en a été tout près en juillet 2015.

Malgré l’implication de Ban Ki Moon, Secrétaire général de l’ONU, venu à Tripoli, en octobre 2014, pour tenter de faire accélérer les négociations, rien n’y fait. Les milices contrôlent les villes, les aéroports et les bâtiments administratifs.
La démarche peut-elle réussir ? A très court terme, peu de chance. A moyen terme, il faudrait parvenir à réengager un dialogue direct entre les deux gouvernements rivaux pour que le processus ait une petite chance d’aboutir. Pour que la situation puisse se rétablir, l’implication dans une action concertée des pays de la région est indispensable. Par ailleurs, les divergences entre les acteurs ne sont pas si grandes. C’est l’implantation de Daech qui vient perturber le jeu politique libyen, en y ajoutant une dimension internationale qui n’était pas la préoccupation des acteurs locaux.
Sur la même thématique