ANALYSES

Conflit ukrainien : une sortie de crise est-elle possible ?

Interview
1 septembre 2015
Le point de vue de Philippe Migault
Les dirigeants russes, allemands et français se sont entendus pour obtenir un nouveau cessez-le-feu de la part de Kiev et des séparatistes pro-russes à partir du 1er septembre. Où en sommes-nous vraiment ? Y-a-t-il une chance pour que les accords de Minsk II, prévoyant l'arrêt des combats entre l'Ukraine et la région du Donbass, soient effectivement respectés ?
Il y a, hélas, très peu de chances que ce cessez-le-feu perdure davantage que les précédents. Il ne suffit pas d'affirmer à nouveau le retrait des armes lourdes d'un calibre supérieur à 100 millimètres de la ligne de front. Avec des armes automatiques et des mortiers, le risque de dérapage demeure tout autant lorsque les positions des belligérants sont proches. Tant qu'une zone démilitarisée de plusieurs dizaines de kilomètres de large ne séparera pas physiquement les combattants, avec, si possible une force d'interposition comme nous l'avions fait avec l'opération Licorne en Côte d'Ivoire, provocations et accrochages se poursuivront avec, à la clé, le risque d'un nouvel embrasement général. Tant que Kiev ne sera pas prêt à accepter un recul stratégique de ses forces, que les séparatistes ne peuvent se permettre compte tenu de l'exigüité de leur territoire, que le Président Porochenko ne sera pas en mesure d'imposer l'obéissance aux bataillons de représailles tels Azov ou Dniepr, voire de les désarmer, la guerre continuera car l’on sait que, dans une large mesure, ce sont les troupes de Kiev qui violent le cessez-le-feu. Malheureusement les violentes manifestations qui ont eu lieu à Kiev devant la Rada, opposant les ultra-nationalistes ukrainiens aux forces de l'ordre, à propos de la révision constitutionnelle introduisant une dose d'autonomie pour les oblasts de Donetsk et de Lougansk, n'incitent pas à l'optimisme. Porochenko est confronté à une fraction déterminée qui est prête à un nouveau Maïdan, et donc prête à le renverser, s'il accorde la moindre concession aux séparatistes.

Dans ce contexte d'affrontements et de division autour du projet de loi vers une plus grande autonomisation des régions de l'Est de l'Ukraine, que faut-il attendre des prochaines élections locales ? Auront-elles également lieu dans les régions pro-russes ?
Ces élections, quoiqu'il advienne, peuvent-elles réellement avoir une valeur démocratique ? Il faut rappeler que plusieurs partis politiques structurant traditionnellement la vie politique ukrainienne, le Parti des régions et le Parti communiste, ne peuvent plus faire entendre leur voix en Ukraine. Il est évident que la campagne électorale et le scrutin n'auront lieu nulle part dans des conditions de transparence et de sérénité, quel que soit le côté de la ligne de front où l’on se trouve. Toute personne, a fortiori tout candidat, qui prônera la paix et le compromis avec les séparatistes, peut s'attendre à être la cible des miliciens de Pravy Sektor et de Svoboda. De même, tout partisan du dialogue avec Kiev est condamné aux pires difficultés en zone séparatiste compte tenu des haines suscitées dans la région par les bombardements ukrainiens. La tenue d'élections dans le Donbass à une date qui n'est pas celle retenue par les autorités de Kiev, sous l'égide des autorités séparatistes, est aussi un facteur de tension supplémentaire.

L'Ukraine a récemment bénéficié d'une restructuration de sa dette privée avec une réduction à hauteur de 20% (environ 16 milliards d'euros). L'Ukraine peut-elle sortir de cette crise financière et économique, plombée un peu plus par les tensions et les violences à l'Est de l'Ukraine ?
L'Ukraine n'est pas encore sortie de cette crise. Premièrement parce qu'elle doit encore 3 milliards de dollars à la Russie, remboursables avant le 20 décembre, et que celle-ci n'a certainement pas l'intention de consentir à un délai. Ensuite parce que la situation économique se dégrade de plus en plus rapidement dans le pays, bien trop vite pour que tous les moratoires sur la dette et toutes les aides accordées soient en mesure d'enrayer la dégradation du pays. Selon les estimations, le PIB ukrainien devrait reculer de 9 à 15% en 2015 alors qu'il a déjà accusé une baisse de 7,5% en 2014. Kiev a choisi de couper les liens qui l'unissent depuis toujours avec son principal partenaire commercial, la Russie. L'Ukraine, qui n'a pas trouvé dans l'Union européenne le partenaire de substitution espéré, en paie logiquement le prix. Pour des mois, voire des années sans doute, le pays est condamné à vivre sans cesse au bord de la cessation de paiement. Enfin, la constante tension qui règne à Kiev, entre les ultra-nationalistes et les autorités, n'est pas de nature à encourager les investissements dans un pays que la plupart des industries fuient déjà compte tenu de la corruption endémique.
Sur la même thématique