ANALYSES

Qui sont les Taliban derrière l’attaque de l’école au Pakistan ?

Interview
17 décembre 2014
Le point de vue de Karim Pakzad

Comment comprendre cette attaque contre une école menée par les Taliban ?


Le Pakistan se trouve aujourd’hui dans une situation politique et militaire inédite. Depuis ce printemps, l’armée pakistanaise a en effet (enfin) lancé une vaste et sérieuse offensive contre les zones tenues par les Taliban pakistanais, organisés au sein du Tehrik-e-Taliban Pakistan (TTP), dans le Nord-Waziristan. Cette offensive les a beaucoup affaiblis : ils y ont perdu plusieurs de leurs chefs et des milliers de combattants. Ils avaient déjà été préalablement affaiblis par la mort de leur chef suprême Hakimullah Mehsud, tué en novembre 2013 par un tir de drone américain. Sa mort avait notamment entraîné la fin des négociations entre le mouvement et les autorités centrales pakistanaises. Leur nouveau chef, le mollah Fazlullah, a alors décidé de rompre les négociations et de quitter le Pakistan pour se réfugier en Afghanistan. Il a, de ce fait, laissé le champ libre à un groupuscule contestataire et extrémiste hostile à toute forme de négociation et qui contestait le leadership de Fazlullah : le groupe Jamaat-ul-Ahrar. Ce groupe revendique la pureté du TTP et n’apprécie guère que Fazlullah ne soit pas issu de la tribu des Mehsud, qui a historiquement toujours dirigé le TTP.
Le chef actuel de ce groupuscule, Omar Khalid Khorasani, a notamment pris ses distances avec le mollah Fazlullah (le chef officiel des Taliban pakistanais). C’est lui qui a revendiqué l’attaque d’hier, la présentant officiellement comme une vengeance contre l’armée pakistanaise au nom des exactions commises par cette dernière et de la mort de civils (femmes et enfants) intervenues au cours de son offensive au Waziristan. Le but de cette attaque est donc clair, il s’agit de faire pression sur le gouvernement et sur l’armée pour stopper l’offensive des forces gouvernementales. Il me semble cependant que cet acte sert également un second objectif, à savoir la prise de contrôle de la mouvance talibane pakistanaise par Jamaat-ul-Ahrar. En effet, il est fréquent, au sein de telles organisations, que ce soit le groupe le plus extrémiste, le plus radical et indéniablement le plus violent qui prenne les commandes. Cette attaque avait donc pour but d’illustrer l’importance de ce groupuscule mais ne témoigne en rien de la puissance du mouvement taliban, qui est en réalité très affaibli. Depuis 2-3 ans, ce mouvement connaît en effet un affaiblissement chronique. Cette attaque est donc bien davantage une action de désespoir qu’un signe de puissance.


Les Taliban pakistanais ont-ils perdu la bataille de l’opinion dans leur lutte contre l’armée ?


A vrai dire, les Taliban pakistanais n’ont jamais été en mesure de remporter la guerre de l’opinion contre l’armée. Il faut distinguer le sentiment anti-américain qui est extrêmement présent au sein de la population et les actions des Taliban. Le mouvement des Taliban pakistanais est également limité par essence car il est issu d’une minorité ethnique, la minorité pachtoune, qui vit à la frontière entre l’Afghanistan et le Pakistan. Or cette minorité ne représente que 25 des 200 millions de Pakistanais. Qui plus est, les Taliban sont eux-mêmes extrêmement minoritaires au sein même des pachtounes. Enfin, ceux opposés au gouvernement central pakistanais, ne représentent encore une fois qu’une part minoritaire du mouvement. C’est la raison pour laquelle, on ne peut pas affirmer qu’ils disposent du soutien de l’opinion publique. L’opinion pakistanaise est ainsi profondément meurtrie non seulement par l’attaque d’hier mais également par les nombreux attentats commis sur le territoire pakistanais depuis 2007. L’influence réelle des Taliban reste donc en conséquence faible, si ce n’est dans certaines vallées ou dans les tribus auxquelles appartiennent leurs chefs.


Comment peut-on interpréter la décision des Taliban afghans de condamner cette attaque ?


Cette attaque a créé une immense vague d’indignations dans la région et dans le monde entier. En attaquant une école, où étaient scolarisés de nombreux enfants d’officiers et de militaires, le groupe Jamaat-ul-Ahrar voulait se venger de l’offensive menée par l’armée sur ses bases. Ils ont délibérément assassiné plus d’une centaine d’enfants. Cependant, l’assassinat d’innocents - et plus particulièrement d’enfants -, est très mal vu, aussi bien par les préceptes de l’Islam que par les coutumes tribales. Aussi détestable qu’est leur interprétation des préceptes de l’Islam, les Taliban afghans qui se présentent comme des « résistants » ne pouvaient cautionner cette attaque.
Ce sont ces éléments qui expliquent la condamnation de l’attaque par les Taliban afghans. Il existe également de profondes divisions entre Taliban afghans et pakistanais, ce qui explique cette prise de position critique. Les Taliban afghans sont notamment plus proches du dirigeant officiel des Taliban pakistanais, le mollah Fazlullah, que d’Omar Khalid Khorasani. Les Taliban afghans ne pouvaient donc en aucun cas apporter leur caution à cet acte odieux. Enfin, l’armée pakistanaise apparaît comme le soutien des Taliban afghans, ils ne pouvaient apporter leur soutien à une telle action qui visait l’armée pakistanaise.

Sur la même thématique