ANALYSES

« Le sport permet au Qatar de véhiculer une image positive du pays »

Presse
20 novembre 2014
Interview de Pascal Boniface - NewsTank
Pourquoi le Qatar investit-il dans le sport ?

Les Qataris ont compris avant d’autres que le sport constitue un élément de « soft power » et qu’il permet, contre des investissements relativement limités, de rayonner à l’international et de véhiculer une image positive du pays. Le succès de cette stratégie n’est pas toujours garanti, puisque la lumière apportée sur le pays, notamment depuis l’obtention de l’organisation de la Coupe du monde 2022, véhicule également son lot de critiques. Mais la notoriété du Qatar a explosé en France après le rachat du Paris Saint-Germain (en juin 2011), alors que le Qatar était déjà depuis longtemps un partenaire stratégique et économique, un investisseur et un fournisseur énergétique important de la France. Si la stratégie du Qatar a pour objectif de développer la notoriété du pays, alors le sport est un vecteur efficace.

L’objectif principal du Qatar est donc de gagner en notoriété grâce au sport ?

Le but du Qatar est d’exister sur la carte de la région, face aux appétits iraniens et saoudiens. Le Qatar a peur que l’Arabie saoudite lui fasse ce que l’Irak a fait avec le Koweït (invasion du Koweït le 02/08/1990 et début de la deuxième guerre du Golfe). Les Qataris ont été traumatisés par ces événements et leur stratégie depuis est d’exister sur la scène internationale, d'être reconnus et donc d’abord de gagner en notoriété. De ce point de vue, investir dans le sport est une stratégie gagnante.

Pourtant, le Qatar fait désormais l’objet de nombreuses critiques, notamment de la part des médias occidentaux…

Le Qatar est désormais un pays connu de tous, donc le sport a réllement fonctionné en tant que catalyseur de sa notoriété à l’international. Mais cette stratégie n’exclut pas les critiques, notamment depuis l’obtention de l’organisation du Mondial 2022. Les pays qui ont des intérêts diplomatiques et géostratégiques pour critiquer le Qatar profitent de la lumière offerte par la Coupe du monde pour le faire. Les courants qui s’expriment contre le Qatar ne sont pas coordonnés les uns aux autres, mais ils font corps. On retrouve dans ces courants des amis de l’Arabie saoudite, qui connaît des problèmes diplomatiques avec le Qatar. Depuis l'été 2014 et l’offensive d’Israël à Gaza (Palestine), on retrouve également dans le flot des critiques les amis d’Israël, puisque le Qatar a été le seul pays arabe à soutenir le Hamas (mouvement islamiste palestinien) et à s’opposer à la guerre de Gaza. Depuis le coup d'État en Égypte, le Qatar s’est éloigné de certains pays arabes qui avaient soutenu ce coup d'État. Et puis il y a tous ceux qui s'étonnent qu’un pays de taille réduite comme le Qatar puisse organiser une Coupe du monde. Certains s'étonnent sincèrement, d’autres instrumentalisent la visibilité donnée au Qatar par le sport pour s’adonner à du « Qatar bashing ».
Sur la même thématique