ANALYSES

Midterms aux Etats-Unis : quels enjeux ?

Interview
3 novembre 2014
Le point de vue de Nicholas Dungan

Quels sont les principaux enjeux de ces midterms ?


L’un des principaux enjeux de ces élections de mi-mandat (midterm) consiste à savoir si le centre existe toujours dans la vie politique américaine. Il est également important de noter que ces élections sont traditionnellement peu suivies par la population au sens large. Si jamais Barack Obama venait à perdre le Sénat – comme il a perdu la Chambre des Représentants aux midterms de 2010 –, il perdrait quasiment toute marge de manœuvre pour gouverner. Sa capacité à pouvoir gouverner et réformer est donc au cœur de ces élections. En effet, la cohabitation avec la Chambre des représentants, à majorité républicaine depuis 2010, est extrêmement houleuse et a déjà conduit à une incapacité de la présidence et du Congrès à travailler ensemble et donc à une quasi-paralysie des institutions américaines.


N’y a-t-il pas quelque chose de paradoxal dans le fait que les citoyens américains se disent de moins en moins intéressés par la politique mais que les dépenses de campagne n’aient jamais été aussi élevées ? Ces 4 milliards de dollars dépensés ne sont-ils pas le signe que la démocratie américaine est mal en point ?


La démocratie américaine est effectivement mal en point. Le dégoût éprouvé par les citoyens américains envers la politique ne réside pas réellement dans un désintérêt vis-à-vis de celle-ci mais témoigne plutôt d’un manque de confiance dans les capacités des hommes politiques à résoudre des problèmes et à gouverner pour le bien-commun. La popularité du Congrès est aujourd’hui plus basse que celle de François Hollande. Ceux qui s’intéressent à la politique et y investissent énormément d’argent sont les citoyens les plus radicaux et les plus extrêmes, ce qui contribue à former ce climat délétère, ce d’autant plus que ces sommes colossales sont le plus souvent dépensées pour leur propre intérêt et non pour celui de la population au sens large.


Alors qu’on annonce une embellie de l’économie américaine (taux de chômage inférieur à 6%, croissance économique à 3.5%), cette dernière pourrait-elle être un argument à même de permettre à Barack Obama de conserver le Sénat ?


Les midterms ne sont pas des élections nationales mais des élections de sièges. La situation y est ici différente d’en France où les élections législatives sont considérées comme nationales. Les élections pour le Congrès ou le Sénat sont avant tout des élections locales. De plus, personne aux États-Unis ne croit que c’est Barack Obama (ou le Sénat) qui crée réellement des emplois, ce qui limite l’impact de cette potentielle embellie économique des Etats-Unis sur les électeurs. Enfin, il convient d’être sûr que cette embellie soit réelle – et ne soit pas minimisée ou bien contredite par d’autres facteurs négatifs – et surtout qu’elle se confirme dans la durée car jusqu’ici aucune embellie ne s’est révélée durable. A présumer que cette amélioration de la situation économique soit vraie, la connecter directement à ces élections de mi-mandat et à la question de savoir si les démocrates pourraient conserver ou non le Sénat, est donc un lien difficile à démontrer.

Sur la même thématique