ANALYSES

Français enlevés au Nigeria: «Les enlèvements sont monnaie courante dans la région»

Presse
23 septembre 2010
Philippe Hugon - 20 Minutes

Philippe Hugon, directeur de recherche spécialiste de l’Afrique à l’Institut des relations internationales et stratégiques, assure que leur enlèvement n'a rien à voir avec Aqmi...


Trois Français ont été enlevés au large du Nigeria, c’est fréquent dans la région?

C’est malheureusement monnaie courante dans la région. Le Delta du Niger est une zone où sévit plusieurs mouvements d’opposition qui ont pris pour habitude d’enlever des occidentaux et de demander ensuite des rançons. C’est l’une des principales zones de ressources pétrolières et lorsqu’on travaille pour un groupe pétrolier, que ce soit Total ou Shell, dans la région, on sait que les risques d’enlèvements sont élevés.


Qui peut être derrière cet enlèvement?

On peut vraisemblablement penser qu’il s’agit du Mouvement pour l’émancipation du Delta du Niger (Mend) qui est derrière cet enlèvement. C’est un mouvement très organisé, très structuré, beaucoup plus qu’Aqmi qui paraît être plusieurs groupuscules.


Justement, peut-il y avoir un rapport avec l’enlèvement de cinq Français au Niger?

A priori non, c’est à déconnecter totalement de ce qu’il s’est passé au Niger. Le Mend n’est pas qu’un mouvement mafieux ou criminel comme en Somalie, mais surtout un mouvement politique, voire régionaliste. Ils sont en lutte contre le pouvoir central du Nigéria.


Quelles sont leurs revendications?

Beaucoup de multinationales travaillent au Nigéria, qui est une zone riche en pétrole. De l’argent transite dans la région. Les populations locales, très pauvres, ont l’impression d’être abandonnées par le pouvoir central. Les rebelles demandent une meilleure redistribution des richesses.


Doit-on craindre pour la vie des otages?

En général, cela se règle avec une demande de rançon et les otages sont libérés. Si ce n’est pas le cas, c’est que la nature même du mouvement politique a changé, ce qui peut toujours arriver.


Il y a-t-il particulièrement un sentiment anti-français qui anime les rebelles?

Tous les représentants des multinationales peuvent être visés et ce ne sont pas nécessairement des Français. Je ne pense pas non plus que ce soit lié au passé, à la guerre du Biafra, quand la France avait pris parti pour le Biafra contre le pouvoir central du Nigéria.


Le Delta du Niger (ou Golfe de Guinée), c’est l’une des zones les plus dangereuses du monde pour la navigation?

Avec le Détroit de Malaga et le Golfe d’Aden, oui. Il y a beaucoup d’insécurité, d’actes de piraterie dans cette zone. La région n’est pas très sécurisée.

Sur la même thématique