ANALYSES

France-Allemagne : la fracture ?

Presse
31 octobre 2011

L'accord - ou plutôt le compromis - laborieusement trouvé à l'issue du "double" sommet européen des 23 et 26 octobre, aussi indispensable soit-il, ne saurait dissimuler une réalité : le moteur franco-allemand est cassé et l'un des enjeux de l'élection présidentielle est d'en restaurer le dynamisme et d'en promouvoir la rénovation. La mise en scène systématique par la diplomatie française des rencontres et sommets franco-allemands, de plus en plus convoqués à la hâte, au point d'irriter jusqu'au plus haut niveau nos partenaires d'outre-Rhin, ne suffit plus à cacher un malaise inquiétant et croissant entre les deux pays... Contrairement à ce que l'on essaie de faire croire en France, surtout à la veille de l'échéance de l'élection présidentielle où tout est bon pour tenter de se (re)présidentialiser.


A première vue, la récente discorde a pu apparaître de nature presque "technique" autour du statut et de l'évolution du Fonds européen de stabilité financière (FESF), de l'ampleur de la décote à appliquer dans le procédé de restructuration de la dette grecque ou de la manière de réaliser la recapitalisation des banques. Or, cette tension brutale entre l'Allemagne et la France résulte d'un processus plus profond d'éloignement qui comporte un risque réel de fracture.


C'est un aspect largement occulté en France. Il n'en sous-tend pas moins toute une partie de la réflexion à la fois diplomatique et intellectuelle outre-Rhin, qui commence, notamment par médias interposés, à "infuser" dans l'opinion publique allemande - puisque seulement 18 % des Allemands considèrent aujourd'hui la France comme "partenaire privilégié", alors qu'ils étaient 41 % en 2005.


Ainsi, l'un des historiens allemands les plus en vue, Eckart Conze, a récemment signé un ouvrage sur l'histoire contemporaine de l'Allemagne intitulé "La Recherche de la sécurité " (Die Suche nach Sicherheit, éd. Siedler Verlag, 2009) dans lequel on peut lire : "L'accession à la présidence de la République en mai 2007 de Nicolas Sarkozy - dont la politique européenne se caractérise par une nette revendication à dominer les autres, comme l'a illustré la présidence française de l'Union européenne en 2008 - plaide dans le cas de l'Allemagne contre une orientation trop exclusivement franco-allemande en matière de politique européenne."


Une autre grande plume, Christian Hacke, spécialiste d'histoire diplomatique, déplore dans son étude sur "La politique étrangère de la République fédérale" (Die Außenpolitik der Bundesrepublik Deutschland, éd. Ullstein Taschenbuchvlg, 2003) qu'en "Allemagne, l'importance de la relation franco-allemande continue à être surestimée, la France cherchant à travers l'Union européenne à profiter économiquement de l'Allemagne..."


Dans ce processus d'éloignement, deux niveaux doivent être distingués : d'une part, le décalage entre les deux économies, qui débouche curieusement en France à la fois sur une sorte de complexe et sur une envie frénétique d'imiter le "modèle allemand", ce que ne demande d'ailleurs pas l'Allemagne qui, pour sa part, a tendance à s'appuyer sur sa réussite économique pour faire prévaloir ses vues ; et d'autre part, la perception et la présentation de plus en plus manifeste chez nos partenaires allemands d'une France en déclin dont l'obsession serait de "se faire valoir" et de renouer avec une grandeur passée.


La première dimension est la plus souvent évoquée ; elle n'en est pas moins mal connue car reposant sur des erreurs ou des malentendus plus ou moins volontairement entretenus. Les différences entre les performances macroéconomiques des deux pays méritent d'être rappelées.


Sur les cinq dernières années, l'Allemagne enregistre une croissance cumulée de 8,6 %, la France, de 5,6 %, dont un pic de différentiel en 2010, avec des taux de croissance respectifs de 3,6 % et 1,5 %. L'excédent du commerce extérieur allemand a atteint l'année dernière 154 milliards d'euros contre un déficit de 51 milliards en France. Le taux de chômage est passé à 6,6 % en Allemagne, soit trois points de moins qu'en France.


La politique de consolidation des finances publiques engagée par Berlin depuis le milieu des années 2000 porte ses fruits : le déficit public est repassé en 2011 sous la barre des 3 % du PIB en Allemagne, alors qu'il atteint 5,7 % du PIB en France. Même en matière d'endettement, les dernières données disponibles indiquent que l'Allemagne fait mieux que la France, alors qu'elle doit encore supporter les charges de l'unification.


Si personne ne conteste l'écart économique entre l'Allemagne et la France, il existe un débat sur les origines des performances allemandes et de l'écart de compétitivité entre les deux pays. Certains mettent en avant, de manière quasi exclusive, la baisse du coût du travail en Allemagne liée à la modération salariale des dernières années. Or, s'il y a bien eu modération salariale en Allemagne ces dernières années, conduisant à un recul du salaire réel moyen de 4,5 % entre 2000 et 2009, contre une augmentation de 8,6 % en France, la tendance s'inverse : entre 2010 et 2011, le salaire réel moyen déduit de l'inflation a augmenté de 1,9 %. Surtout : l'argument du coût salarial ne vaut pas pour le secteur où l'économie allemande est la plus performante, l'industrie, puisque le coût d'une heure travaillée y atteint 34 euros outre-Rhin contre 33 en France ! Certes, dans le secteur marchand, l'Allemagne a maintenant un léger avantage puisque l'heure travaillée revient à 30 euros contre 32 en France. Il y a une vérité que certains économistes français ont encore du mal à accepter : l'Allemagne a une économie performante avec un coût du travail qui reste élevé.


Ce sur quoi l'on insiste moins en France, à tort, ce sont les avantages structurels sur lesquels s'appuie l'essor de l'économie allemande : tout d'abord, un effort très important en matière d'innovation qui a conduit à ce que l'Allemagne réalise aujourd'hui des dépenses de recherche et développement à hauteur de 2,8 % du PIB contre 2,2 % en France ; ensuite, une stratégie industrielle qui a permis de maintenir, voire de renforcer, au coeur du tissu économique l'industrie, qui représente 25 % du PIB contre 14 % pour la France, notamment du fait des performances de "grosses" petites et moyennes entreprises (PME), qui sont deux fois plus nombreuses en Allemagne qu'en France dans la catégorie des "plus de 500 salariés" ; puis une stabilisation depuis 2000 du niveau de la part dans le commerce mondial équivalant à 8,3 % des exportations mondiales, contre un recul de celui de la France, tombé à 3,4 % ; et enfin, une réforme de l'Etat providence engagée à partir des années 2004-2005 - notamment dans les domaines du marché du travail, de la santé et des retraites -, dont les économistes, même les plus keynésiens, pensent qu'elle est à l'origine d'un tiers de la croissance actuelle.


C'est à partir de là que s'est développé en Allemagne ce que les dirigeants de droite comme de gauche appellent la "culture de la stabilité", notion quasi identitaire qui revient dans le langage sous des appellations diverses comme "union de la stabilité" (souvent opposée à "union de transfert"). C'est au nom de cette "culture de la stabilité" que sont élaborées les positions allemandes en matière de politique européenne auxquelles la France se heurte d'autant plus durement qu'elle est, notamment du fait de ses mauvaises performances économiques, perçue outre-Rhin comme un pays en déclin.


C'est la seconde dimension qu'il convient d'évoquer, moins perceptible de France mais presque plus grave, car plus profonde. Il existe en Allemagne l'image d'une France affaiblie, doutant d'elle-même et de son statut en Europe et dans le monde, incertitude qu'elle aurait tendance à vouloir compenser par une forme de crispation et de gesticulation. Concernant la France, les thèmes de la "mise en scène" et de la "crispation" sont depuis plusieurs années un des sujets préférés de la presse allemande et des médias en général, souvent mis en relation avec une interrogation sur sa capacité à exercer un leadership auquel plus rien ne la prédestinerait dans une Europe élargie.


Deux exemples illustrent cette perception. Dans son édition du 19 septembre, l'hebdomadaire Der Spiegel décrit la France comme une nation fière ayant "toujours revendiqué le rôle de visionnaire en Europe", mais dorénavant soucieuse de "cacher sa faiblesse" puisqu'elle figure sur "la liste des pays malades et immobiles". Cette présentation n'est pas isolée, comme l'attestent plusieurs articles sur la France parus à la même période, à l'instar de celui publié par le quotieidn Frankfurter Rundschau du 12 août et intitulé "La grande nation toute petite", allusion au contraste entre la volonté de jouer dans la cour des grands et une réalité économique traduisant l'affaiblissement du pays.


La perception d'une France affaiblie en quête d'un nouveau rôle, loin d'être conjoncturelle, est une lame de fond. Ainsi, au sujet des difficultés - voire de l'enlisement - de l'Union européenne pour la Méditerranée, l'un des grands éditorialistes du Frankfurter Allgemeine Zeitung, Günther Nonnenmacher, observait le 4 février à la une du journal que l'échec était patent, notamment parce que Paris avait voulu s'en servir pour accroître son propre prestige en Europe en en faisant "un contrepoids à l'influence croissante des pays du Nord et de l'Est".


Ce déséquilibre tant dans la perception de "l'autre" que dans les performances économiques risque de miner la relation franco-allemande. En effet, cette relation, plus que toute autre, requiert un équilibre, tant pour des raisons historiques que pour des raisons propres à l'avenir de l'Union européenne.

Sur la même thématique