ANALYSES

« Une logique délirante de compensation du sang versé »

Presse
22 mars 2012
François-Bernard Huyghe - La voix du Nord

Questions à... François-Bernard Huyghe, chercheur à l'Institut des relations internationales et stratégiques


Si le profil « moudjahidiste » de Merah se confirme, les personnes qu'il a visées (des militaires et des juifs) correspondent-elles à la doctrine ?

« Oui, c'est dans leur logique délirante de compensation du sang versé. Les gens qui persécutent l'islam selon eux, les juifs et les croisés, doivent ressentir ce qu'ils font vivre aux musulmans de Palestine, d'Afghanistan... »


Y a-t-il beaucoup de réseaux dormants en France et comment sont-ils surveillés ?

« D'après les chiffres qu'on peut connaître, ils seraient moins d'une cinquantaine de Français à avoir fait des voyages terroristes dans un pays du djihad. Mais comme ils le font clandestinement, en voyageant par des pays intermédiaires, ils sont difficiles à repérer. La Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI), malgré tout, les surveille et procède de temps en temps à des coups de filet, comme en mai 2011 (sept personnes avaient été arrêtées). Mais il existe des restrictions juridiques et les services doivent disposer d'éléments précis avant d'intervenir, pour savoir si la personne concernée est une "simple" sympathisante du djihad ou s'il s'agit d'un élément dur, radical, qui peut justifier une intervention. »


Il n'était donc pas possible d'arrêter Merah plus tôt ?

« Tant qu'il n'est pas passé à l'acte, il n'est pas possible de l'arrêter. A fortiori dans ce cas-ci car il a agi en solitaire, peut-être avec l'aide de son frère, et qu'il ne se faisait pas remarquer dans des mosquées surveillées. »


La mort de Ben Laden a-t-elle radicalisé ces personnes qui se revendiquent d'Al-Qaïda ?

« Je ne le pense pas car Al-Qaïda était isolé déjà bien avant la mort de Ben Laden, qui refusait tout contact depuis longtemps. Les organisations terroristes d'Aqmi et de Boko Haram, qui sont redoutables, n'ont qu'une affiliation formelle avec Al-Qaïda, qui est devenu une coquille vide, un nom que tout le monde veut reprendre, mais c'est tout. »


Pourquoi la France est-elle particulièrement visée, sur son territoire mais aussi en Afrique, par exemple ?

« D'abord à cause de notre présence en Afghanistan, même si nous ne sommes pas les seuls. Ensuite, les lois dites laïques, sur la burqa par exemple, ont suscité une grande incompréhension. Et puis il y a la politique africaine de la France, au Mali par exemple, et des choses qui remontent à l'époque de la Françafrique. »


Le retrait des troupes françaises d'Afghanistan en 2013 peut-il avoir un impact ?

« Un retrait plus rapide n'apaisera pas la haine ressentie contre la France et notre image ne changera pas. Si les troupes se retiraient plus vite, cela serait au contraire interprété comme une grande victoire symbolique et on ne serait pas à l'abri d'autres actions terroristes. »

Sur la même thématique