ANALYSES

Irak: « Dix ans après l’invasion, le risque d’une guerre civile »

Presse
20 mars 2013

Dix ans après la mission Iraqi Freedom, menée par les Américains et les Anglais, pour renverser Saddam Hussein, l'Irak est toujours un pays d'une grande instabilité, déchiré par des tensions entre communautés et secoué par des attentats terroristes.Pourquoi, alors que le pays s'est doté d'une constitution et est redevenu un grand pays exportateur de pétrole, la situation est-elle toujours aussi instable d'un point de vue politique et communautaire? Karim Pakzad, chercheur à l'Iris, spécialiste de l'Irak, analyse pour BFMTV.com une situation complexe aux sources de tension multiformes.


Quelle est la situation politique en Irak aujourd'hui?

L'Irak connait une crise politique multiforme. Malgré les élections législatives et la formation d'un parlement, il y a de nombreuses tensions, d'une part entre la communauté chiite qui gouverne l'Irak et qui compose la majorité de la population, et les sunnites, mais aussi entre les Kurdes et le gouvernement. Après la chute de Saddam Hussein, les Irakiens se sont dotés d'une constitution qui leur a permis d'organiser des élections dans des conditions assez satisfaisantes, à laquelle l'ensemble des communautés ont eu accès.


Mais c'est la communauté chiite, majoritaire en Irak, qui gouverne. Entre sunnites et chiites, le conflit date de l’intervention américaine, qui a privé les arabes sunnites du pouvoir. Jusqu'à 2003, les sunnites gouvernaient. Ils ont perdu le pouvoir à la suite des élections.


Quelles sont les critiques émises à l’encontre du gouvernement irakien?

Les sunnites accusent le Premier ministre d'autoritarisme et de monopoliser le pouvoir. Nouri al-Maliki, en place depuis 2006, est à la fois Premier ministre, ministre de la Défense, de l'Intérieur et de la Sécurité nationale.


De leur côté, les Kurdes accusent le gouvernement de Maliki de ne pas appliquer la constitution. Celle-ci prévoit un système fédéral en Irak. Les Kurdes ont appliqué ce principe, dès le lendemain de l'adoption de la constitution. Ils ont leur propre gouvernement, leur propre président et leur propre parlement. Mais les chiites et les sunnites n'ont pas encore appliqué ce système.


Les chiites qui détiennent le pouvoir central, et les ressources pétrolières, n'y ont pas intérêt. Les sunnites n'y ont pas intérêt non plus, parce que les régions qu'ils occupent sont dépourvues de ressources pétrolières.


Y a-t-il un risque de guerre civile en Irak?

Tous les éléments d'une guerre civile sont réunis en Irak, si la crise politique continue. Les sunnites n'ont jamais accepté d'avoir perdu le pouvoir et les chiites ne sont pas disposés à partager ce pouvoir de façon équitable.


En outre, la région occupée par les Kurdes apparaît presque comme un état indépendant. C'est une région qui connait un développement économique foudroyant. Les Kurdes revendiquent la ville de Kirkouk, qu'ils considèrent comme leur capitale historique. Mais ni les chiites ni les sunnites ne sont disposés à leurs céder. Et la constitution, qui prévoit un référendum sur le sort de Kirkouk, n'est pas appliquée.


La guerre civile peut-elle être évitée?

L'influence des Ayatollah chiites, qui commencent à critiquer et prendre leurs distances vis-à-vis de Maliki, pourrait être déterminante. Les Ayatollah chiites ont en effet une influence extraordinaire sur les chiites irakiens, le gouvernement irakien, mais aussi sur les chiites du monde entier.


Plusieurs conditions sont nécessaires pour installer en Irak une certaine stabilité. Il faudrait d'une part que les prochaines élections, qui auront lieu dans un an, se déroulent d'une manière satisfaisante, et qu'une autre alliance autour des chiites et des Kurdes arrive à former un gouvernement plus acceptable pour les sunnites. D'autre part, il faudrait que ce gouvernement arrive à limiter l'influence des pays étrangers comme l'Iran et Arabie saoudite.


L'Irak a les moyens suffisants pour se développer. Les revenus pétroliers irakiens s'élevaient ainsi à 100 milliards de dollars en 2012.


Quels sont les autres facteurs de déstabilisation du pays?

Avec le renversement de Saddam Hussein, l'Irak n'est plus aujourd'hui un pays uniquement arabe. La consitution irakienne définit l'Irak comme un pays composé de différentes communautés. Ainsi le président de la République, Jalal Talabani, est-il kurde, et le Premier ministre chiite. Or, l'Arabie saoudite et les pays du Golfe persique (peuplés de sunnites) n'ont jamais accepté le pouvoir chiite. A mesure que les rivalités dans la région entre l'Iran (chiite) et l'Arabie saoudite, les Emirats et le Qatar (tous trois sunnites) augmentent, cela déstabilise un peu plus la situation en Irak.


Depuis dix ans, les attentats ont principalement visé la communauté chiite. La branche irakienne d'Al-Qaïda, mais aussi les anciens du parti Baas (le parti de Saddam Hussein), ou encore les islamistes irakiens, tentent de déstabiliser l'Irak pour revenir au pouvoir, aidés en cela par l'Arabie saoudite. Ils tablent sur la marginalisation de l'Iran, menacé par certaines puissances étrangères, qui ne pourrait pas intervenir en cas de guerre civile. C'est aussi l'analyse des nationalistes sunnites du parti Baas et des partis islamistes sunnites. Voilà pourquoi les attentats anti-chiites continuent.


Enfin, la situation en Syrie envenime la crise politique en Irak. Le gouvernement irakien craint que le remplacement de Bachar al-Assad (qui est soutenu par l'Iran chiite) ne permette l'arrivée au pouvoir des sunnites en Syrie. En renforçant la communauté arabe sunnite cela renforcerait la crise politique en Irak. Voilà pourquoi le pouvoir irakien est l'un des gouvernements arabes qui n'est pas tout à fait favorable à l'opposition syrienne.

Sur la même thématique
La politique arabe de François Hollande
La menace djihadiste