ANALYSES

Syrie : Joli coup marketing pour l’armement russe

Presse
22 septembre 2013

Punching-balls favoris de la presse occidentale, la Russie et Vladimir Poutine sont l’objet depuis quelques jours de dizaines d’articles saluant –à contrecoeur- la manœuvre diplomatique qui a permis au Kremlin de reprendre la main dans le dossier syrien en coupant l’herbe sous le pied de Barack Obama et de François Hollande.


Hypnotisés par le dossier des armes chimiques et la problématique de la sortie de crise, les journalistes n’ont toutefois pas encore souligné que le succès russe était à multiples facettes et qu’au-delà de l’horizon immédiat, celui des frappes évitées et d’une fragile esquisse de règlement politique, les industriels russes de la défense ont de quoi se réjouir.

Car la défaite franco-américaine doit autant aux systèmes de défense sol-air russes équipant l’armée syrienne qu’à la finesse de Lavrov et à l’inflexibilité de Poutine. Si depuis deux ans et demi "l’Occident" menace sans jamais passer aux actes, c’est parce qu’on sait aussi bien à Washington qu’à Paris que la réédition d’opérations aériennes similaires à celles qui ont frappé la Serbie, ou la Libye, n’est pas possible en Syrie, à moins d’accepter des pertes élevées, tant du point de vue des avions de combat que des pilotes.


Les paramètres de la guerre aérienne ne sont plus les mêmes que lors de la crise du Kosovo : De 3 000 mètres d’altitude à cette époque, le plafond de sécurité est passé à 10 000 mètres en Syrie, voire 14-15 000 mètres selon les configurations. Quant à l’allonge des armes syriennes, elle est susceptible de contraindre tout avion à engager son objectif à plus de 50 kilomètres de distance afin d’opérer hors du champ de la menace. "L’Occident " fait face à une défense moderne, disposant de missiles et de radars puissants, complémentaires et redondants, constituant un maillage serré, difficilement neutralisable sans accepter les risques d’importants dommages collatéraux et d’une longue campagne aérienne.


Dans ce contexte le tapage fait autour de la livraison ou non des S-300 à Damas prête à sourire : Missiles performants, ils ne changeraient rien, en définitive, s’ils étaient présents sur zone. Ils rendraient plus improbable encore une opération aérienne, mais ne pourraient s’opposer à une frappe menée à distance avec des missiles standoff comme les Tomahawk américains et les Scalp français. En annonçant qu’il renonçait à leur livraison Vladimir Poutine a convaincu l’opinion internationale qu’il faisait un geste d’apaisement alors qu’il ne concédait rien sur le fond...Sauf du point de vue israélien mais c’est un autre débat.


Quoi qu’il en soit la leçon a été retenue par tous les régimes susceptibles, à moyen ou long terme, d’être menacés par les Etats-Unis et leurs alliés : Tout Etat disposant d’un dispositif sol-air performant dispose d’un réel pouvoir de dissuasion vis-à-vis d’Occidentaux répugnant de plus en plus à s’engager dans des conflits de haute intensité. Or le seul pays en mesure de fournir ces outils de défense est –pour l’heure-  la Russie, avec un atout majeur, le groupe Almaz-Antey.


Ce dernier, spécialiste des défenses sol-air et antimissiles, est le leader mondial du secteur. Avec un chiffre d’affaires 2012 de 5,724 milliards de dollars sur le segment de la défense, en hausse sur un an de 62%, il s’est hissé l’an dernier à la quatorzième place du fameux classement des 100 premières entreprises mondiales de l’armement établi par l’hebdomadaire américain Defense News. Constructeur des fameux S-300, il développe une série de matériels susceptibles de démultiplier les capacités des défenses futures : S-400, S-500, Morfeï...Des matériels pris très au sérieux par l’ensemble des observateurs étrangers.


Certes, la priorité, pour l’heure, est à la modernisation des capacités de défense russes, non à l’export. Il n’en demeure pas moins que toute règle souffre des exceptions. Et que les enjeux financiers et diplomatiques sont tels que l’on peut compter sur Rosoboronexport pour convaincre le Kremlin de saisir les opportunités qui se profilent. Celles-ci sont colossales. L’Irak et la Libye après avoir gelé des contrats d’armements avec la Russie d’un montant total supérieur à huit milliards de dollars semblent prêts à réviser leur position. Or ces contrats incluent des systèmes sol-air. Téhéran, si un accord est trouvé avec Moscou quant au litige portant sur le précédent contrat S-300 annulé, pourrait finalement acquérir les missiles tant convoités. Et la liste des prospects est longue.


L’avenir s’annonce donc radieux pour Almaz-Antey et les exportations d’armes russes. D’autant que le marché de la défense aérienne "traditionnelle" va sans doute être supplanté dans les années à venir par celui de la défense antimissiles balistique (DAMB), de nombreux Etats se considérant de plus en plus menacés par la prolifération des missiles sol-sol. Sur ce segment aussi la Russie est en pointe. Elle dispose en conséquence de solides chances de conquérir une part importante d’un marché extrêmement rémunérateur et, une fois encore, crucial du point de vue des enjeux diplomatiques.

Sur la même thématique