ANALYSES

Le FN continue de se rattacher aux droites extrêmes par son histoire

Presse
23 octobre 2013

Pour tenter d’éclaircir  la question sémantique en cours sur la classification idéologique du FN, il faut d'abord rappeler la nature dynamique de tout système politique. Nul positionnement n’y est gravé dans le marbre, à moins de nier l’évolution du Parti socialiste vers la social-démocratie et l'abandon par le Parti communiste de l'objectif de dictature du prolétariat. L'extrême-droite n'échappe pas aux règles de l’histoire et il est temps de se débarrasser du fantôme du fascisme qui continue de hanter les analyses du parti que dirige Marine Le Pen. Aussi les références aux années 1930 à la période de l'Occupation, aux idéologies mussolinienne ou nazie ne permettent pas de comprendre quoi que ce soit à l'ampleur et à la pérennité du vote frontiste qui a dépassé la barre des 10 % depuis 1984.


Pour autant l'extrême droite ne tient pas tout entière dans la période comprise entre 1922 et 1945. Elle existait avant, dans les traditions françaises contre-révolutionnaire maurrassienne et partiellement plébiscitaire. Elle a existé après, éclatée entre une multitude de chapelles idéologiques que le Front national a tenté de rassembler organisationnellement dès sa création, dans une maison commune qui laissait subsister des sensibilités diamétralement opposées : monarchistes et républicains ; catholiques traditionalistes et nationaux-européens paganisants ; anciens résistants et anciens militants des partis collaborationnistes. Encore faut-il préciser que l'orientation idéologique de l'encadrement frontiste n'est pas nécessairement celle des électeurs, surtout dans la période historique allant jusqu'au milieu des années 1980. ll est néanmoins peu discutable que le Front national puise ses racines dans la tradition française d'extrême droite.


Ceci dit, à partir de quels critères définir la famille politique d'extrême droite ? Le politiste néerlandais Cas Mudde isolait, dès 2000, cinq critères non cumulatifs : nationalisme, racisme, xénophobie, inclination anti-démocratique et défense d’un Etat fort. Le problème est que ce minimum commun à ce que Pierre-André Taguieff a défini comme les « nationaux-populismes » s'appliquait bien aux partis de la « troisième vague » de l'extrême droite d'après 1945 : Vlaams Belang flamand, Republikaner et DVU allemands, FN français notamment. La définition de ce socle d'idées devient beaucoup moins opérationnelle avec le Front national de Marine Le Pen : plus question d’inégalité des races mais de droit des peuples à la sauvegarde de leur identité, la xénophobie est reformulée en priorité (et non plus en « préférence ») nationale la pulsion antidémocratique laisse la place au projet d'une démocratie directe qui remplacerait la démocratie représentative.


Le FN continue de se rattacher aux droites extrêmes par son histoire. Par sa conception organiciste de la société, son projet de donner des droits séparés aux étrangers et aux nationaux, sa volonté d'instaurer un lien direct entre le chef et le peuple en court-circuitant les corps intermédiaires, par l'obsession de l'ennemi intérieur qui répand le germe de la dissolution dans le corps social et le pessimisme foncier de sa vision de l'histoire nationale, qui rappelle le mythe de la Chute.


Ce positionnement à l'extrême-droite est assumé par près d'un tiers des sympathisants frontistes. II tend à évoluer au fur et à mesure que passe le temps. Le parti demeure toutefois au milieu du gué dans sa volonté de rupture. Et il n'est pas certain qu'il puisse se normaliser davantage sans perdre de sa capacité d'attraction.

Sur la même thématique