ANALYSES

Forum économique mondial au Nigeria: « l’Afrique est à 2 vitesses »

Presse
7 mai 2014
Entretien avec Philippe Hugon, directeur de recherche à l'Institut de Relations Internationales et Stratégiques (IRIS), spécialiste de l'Afrique et agrégé en sciences économiques.



Ce mercredi 7 mai, le forum économique mondial débute à Abuja, la capitale du Nigeria. Si le Nigeria espère attirer de nombreux investisseurs, le pays souffre d'une image violente, en partie due aux récentes actions de la secte Boko Haram.


Que peut-il ressortir de ce forum pour le continent Africain ?

Ce forum s’intéresse essentiellement à l’Afrique qui bouge et qui réussi, qui apparaît utile pour les investisseurs. Il ne règlera évidemment pas la question des zones les plus marginalisées, des populations les plus vulnérables.


Peut-être dans le discours mais pas dans la pratique.




Je pense qu’un forum économique concerne essentiellement les projets d’investissements de la part d’entreprises ayant déjà une certaine taille.




Il faut bien voir qu’aujourd’hui l’Afrique est à 2 vitesses. Il y a celle qu’on appelle « émergente » – même si je n’aime pas trop cette expression – qui a un taux de croissance élevé, une classe moyenne de plus en plus importante. Et de l’autre côté il y a les laissés-pour-compte, des pays déchirés par la violence et les conflits, qui sont en marge soit parce qu’ils sont enclavés ou parce que ce sont des économies avec très peu de ressources.


Et pour le Nigeria en particulier ?

Le Nigeria est devenu la première puissance économique d’Afrique d’après les derniers calculs des produits intérieurs bruts. Au-delà de la violence, c’est une économie très dynamique avec ses secteurs gazier et pétrolier, mais également par son secteur financier et la diversification de son économie.


C’est un vrai capitalisme Africain aussi caractérisé par de très grandes inégalités et de la violence.




L’enjeu économique est une question évidemment très importante pour la société nigériane. Il faut rappeler que sa population sera la troisième plus importante au monde d’ici une vingtaine d’années et qu’en même temps il y a des marchés et des opportunités très importants pour les acteurs économiques.


Les récentes violences dans le pays, notamment causées par Boko Haram, peuvent-elles avoir une influence négative pour les investissements et le forum ?



Il faudrait vraiment une grosse action de Boko Haram ou d’un autre groupe pour remettre en cause ces opportunités.


Ils cherchaient peut-être à donner une image négative du pays, mais cela n’empêchera pas la réussite de ce forum.


Néanmoins, il est évident que l’image du Nigeria est détériorée avec la violence extrême de Boko Haram et notamment cet enlèvement odieux de lycéennes.


Ce forum fera l’objet d’une protection particulière et d’une sécurité pour qu’il n’y ait pas d’incident.




Le Nigeria est un lieu où l’on peut faire des affaires, avec un dynamisme économique important, et de l’autre côté une grande violence comme c’est le cas en Afrique du Sud. Cela n’empêche pas de bénéficier d’un marché et d’une classe moyenne importante, ainsi que des ressources du sol et du sous-sol.


Malgré les risques, les taux de rentabilité sont tels qu’il faut investir.

Sur la même thématique