ANALYSES

Lutte contre le changement climatique : l’exemplarité européenne remise en cause ?

Presse
9 septembre 2014

À l’aube de la 20e conférence des parties qui se tiendra à Lima et à un peu plus d’un an de la décisive conférence de Paris qui aura la lourde de tâche de parvenir à un accord global juridiquement contraignant pour lutter contre le dérèglement climatique, les changements en cours à la tête de l’Union européenne suscitent l’inquiétude.


En effet, deux éléments viennent interroger le rôle exemplaire qu’a toujours tenu l’UE dans les négociations climatiques internationales.


La nomination de Donald Tusk n'est pas une bonne nouvelle


La nomination le 30 aout 2014 de Donald Tusk au poste de président du Conseil européen soulève une certaine anxiété. Président du Conseil en Pologne depuis 2007 et la victoire de son parti (la Plateforme civique), ce dernier n’est pas connu pour son engagement en faveur d’objectifs ambitieux de réductions des émissions de gaz à effet de serre.


Varsovie, hôte de la conférence climat de 2013, se distingue principalement par son mix énergétique fortement émetteur, reposant largement (et quasi-exclusivement pour la génération d’électricité) sur le recours au charbon, et par sa volonté de développer l’exploitation des gaz de schiste, bien que les estimations prévisionnelles aient été revus à la baisse depuis l’enthousiasme de 2011.


Donald Tusk est davantage préoccupé par l’avancée du dossier qu’il porte, celui de la constitution d’une Union énergétique européenne à la manière d’un central d’achat pour le gaz russe dont dépend en grande partie la Pologne et plusieurs pays d’Europe centrale et orientale (les États baltes, la Bulgarie et la Slovaquie en dépendent par exemple à 100%).


Crainte supplémentaire, le départ de Tusk pourrait favoriser son adversaire politique le plus crédible, Jaroslaw Kaczynski, face à Ewa Kopacz, probable successeur de Tusk à la tête de la Plateforme civique dont l’unité est menacée. Kaczynski, ancien président du Conseil, est considéré comme proche de Viktor Orban, l’autoritaire premier ministre hongrois et surtout, comme climato-sceptique convaincu. Une victoire du leader du parti Droit et Justice serait vraisemblablement synonyme d’une régression de la prise en compte de la problématique climatique pour les années à venir, et pourrait être annonciatrice de difficultés pour l’UE de faire bloc sur ce sujet.

Une fusion de postes inquiétante

Autre élément préoccupant à quelques heures de l’annonce de la distribution définitive des portefeuilles des 28 commissaires européens, la fusion proposée par Jean-Claude Juncker des postes de commissaire à l’action pour le climat et de commissaire à l’énergie.

Si personne ne conteste le lien existant entre les deux problématiques, le risque de déséquilibre entre la place et le traitement réservés aux deux thématiques demeure non négligeable. De nombreuses voix se sont élevées pour mettre en cause le bien-fondé de cette proposition, notamment les députés européens qui ont protesté en publiant une déclaration commune.


Si les pouvoirs et l’influence du président du Conseil et des commissaires européens ne doivent pas être surestimés, ces éléments peuvent légitimement être interprétés comme des signaux négatifs.

Reste à savoir si les tractations en cours, notamment autour du soutien au projet d’Union énergétique européen porté par Donald Tusk qui aurait été accordé par certains, dont la France, contre son engagement à soutenir le paquet énergie 2030, ne déboucheront pas sur des décisions qui pourraient nuire au rôle moteur que l’UE joue sur ce dossier crucial.

L'UE a besoin de crédibilité

Pour l’heure, le futur cadre de l’UE au niveau énergétique et climatique prévoit une réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES) de 40% par rapport au niveau de 1990, un objectif contraignant pour l'ensemble de l'Union concernant la part des énergies renouvelables, portée à au moins 27%, de nouvelles ambitions pour les politiques en matière d’efficacité énergétique, une refonte de la gouvernance et la création de nouveaux indicateurs pour garantir un système énergétique compétitif et sûr.

Cela devra être confirmé lors du Conseil européen des 23 et 24 octobre 2014, soit quelques semaines avant la COP20 de Lima.

L’Union européenne aura en effet besoin de toute sa crédibilité et sa combativité si elle veut conserver une chance de peser sur les négociations durant lesquelles sa capacité à convaincre ses partenaires (émergents avec la Chine et l’Inde en tête, mais également les États-Unis, qui n’ont jamais ratifié Kyoto, ainsi que la Russie, le Canada et le Japon qui en sont sortis) sera mise à rude épreuve.

Sur la même thématique