ANALYSES

Avion civil abattu en Ukraine : la faute à qui ?

Interview
18 juillet 2014
Le point de vue de Philippe Migault
Quel camp pourrait être à l’origine du tir de missile qui a récemment abattu un avion civil en Ukraine ?

Dans cette région limitrophe de l’est ukrainien et de la Russie, toutes les forces en présence peuvent avoir abattu cet appareil. On a évoqué le tir d’un missile de catégorie Buk. Il s’agit d’un missile de conception soviétique qui a été modernisé au cours de son existence à plusieurs reprises et qui équipe aussi bien les forces armées russes que les forces armées ukrainiennes. Mais il équipe aussi – depuis quelques jours seulement – les séparatistes, puisqu’ils ont dit avoir réussi à voler une batterie de missiles Buk à l’armée ukrainienne. Tout le monde a donc des missiles Buk et tout le monde a pu abattre cet avion.
Seulement l’armée russe est très rigoureuse au niveau des procédures de tir parce qu’il y a déjà eu des accidents par le passé vis-à-vis d’avions civils – les Russes ont abattu un avion de la Korean Airlines en 1983, ce qui avait déclenché un scandale international –, l’armée russe est très professionnalisée, très contrôlée et on peut a priori exclure que ce soit un missile qui vienne des forces armées russes, d’autant que l’avion a été abattu suffisamment loin à l’intérieur du territoire ukrainien pour que les Russes ne puissent l’atteindre avec un missile. Donc on peut a priori éliminer la Russie.
Concernant l’armée ukrainienne, elle a volé en éclat au moment des évènements de Maïdan avec une partie de ses soldats qui s’est ralliée aux pro-Russes ou qui ont déserté, et une autre partie qui est restée fidèle au gouvernement. Le corollaire de cette situation est que le niveau de professionnalisation de l’armée ukrainienne a énormément baissé ; on peut donc très bien imaginer qu’au cours d’un entraînement des servants de la défense ukrainienne aient abattu l’avion par erreur. Les Ukrainiens ont déjà abattu un avion civil russe par erreur en 2001 au cours d’un exercice, donc ce ne serait pas une première. Ils pouvaient le faire techniquement et ils l’ont déjà fait par le passé.
Les séparatistes aussi auraient pu abattre cet avion ; ils ont des armes à leur disposition et ont sans doute dans leurs rangs des personnes qui ont utilisé un jour ou l’autre des missiles Buk, des déserteurs de l’armée ukrainienne ou des soldats ayant servi à une époque dans cette même armée. Donc la difficulté va être de savoir d’où est parti le missile pour déterminer qui, entre les Ukrainiens loyalistes et les Ukrainiens séparatistes, a tiré.

Quelle est la situation dans la région de Donetsk entre les séparatistes et le gouvernement ukrainien ?

Dans la région de Donetsk, Petro Porochenko a déclaré qu’il ne prendrait pas la ville d’assaut, car on risquait de se retrouver en face d’un nouveau Sarajevo ou Stalingrad, avec des combats de rue au milieu des civils, donc il a annoncé qu’il n’attaquerait pas Donetsk avec des armes lourdes. Pour autant, les forces ukrainiennes essaient d’entourer les forces rebelles dans le Dombass et de les couper de la frontière russe. Il y a donc des combats très durs à proximité de la frontière russe depuis quelques jours et les forces ukrainiennes subissent de très lourdes pertes ; ils ont notamment perdu plusieurs avions ces derniers jours dans le cadre de ces combats très indécis. Ceci peut partiellement expliquer cette erreur de tir sur l’avion de la Malaysia Airlines, compte tenu de la tension existante dans la région.

Quid de la réaction de la Russie ?

La Russie fait pour l’instant porter le chapeau aux autorités de Kiev parce qu’elle n’a cessé de dire qu’il fallait arrêter l’opération dite « anti-terroriste » qu’a engagé Porochenko. Elle ne cesse, tout comme l’Union européenne, d’appeler au cessez-le-feu et au dialogue. Avec le drame qui vient de se produire, ils vont enfoncer le clou, en arguant que ce genre d’attitude belliqueuse amène à des drames comme celui qui vient de se produire et qu’il faut s’asseoir à la table des négociations et discuter.
Sur la même thématique