ANALYSES

Les Etats-Unis et l’Afghanistan prêts à signer un traité stratégique ?

Interview
15 octobre 2013
Le point de vue de Karim Pakzad
John Kerry vient d’annoncer à Kaboul que les difficultés qui empêchaient la signature d’un traité stratégique entre l’Afghanistan et les Etats-Unis ont été résolues. Que signifie ce traité et quelles étaient les difficultés ?

Depuis plus d’un an, les Etats-Unis et l’Afghanistan négocient un traité stratégique qui définit les relations entre les deux pays après 2014, une fois que les troupes américaines auront quitté l’Afghanistan comme il est programmé. L’Afghanistan a négocié et signé, sans difficultés, des traités de ce type avec plusieurs autres pays tels que la France, la Grande-Bretagne, l’Allemagne, l’Italie ou des pays voisins comme l’Iran, et l’Inde, à l’exception du Pakistan avec lequel les relations connaissent toujours une certaine tension. Ce qui pose problème pour le traité avec Washington, c’est qu’il comporte un volet sécuritaire qui permet aux Etats-Unis de maintenir plusieurs milliers de soldats stationnés dans six bases militaires permanentes dans plusieurs provinces afghanes. Or, Barack Obama est confronté à un dilemme majeur : la volonté de l’Afghanistan, soucieux de sa souveraineté, se heurte à l’exigence américaine d’obtenir l’immunité juridique pour ses soldats. Washington argue de fait que selon la Constitution américaine le gouvernement des Etats-Unis ne peut accepter la présence de soldats américains dans un pays étranger sans leur assurer une immunité. C’est la raison pour laquelle, après le refus irakien de reconnaître ce statut aux soldats américains, les Etats-Unis ont décidé de retirer tous ses soldats d’Irak.
Barack Obama a menacé de retirer tous les soldats américains d’Afghanistan après 2014 si l’immunité juridique ne leur était pas reconnue et si le président afghan ne signait pas le traité avant la fin du mois d’octobre.

Les conditions sont-elles réunies pour que les troupes des Etats-Unis restent en Afghanistan après 2014 ?

Il est trop tôt pour le savoir. Après d’intenses négociations entre Hamid Karzaï et John Kerry le week-end dernier à Kaboul, les deux responsables politiques ont annoncé que les deux parties se sont mis d’accord sur les points de divergences et que tout est désormais prêt pour la signature du traité stratégique afghano-américain, y compris son volet sécuritaire. Cependant, Hamid Karzaï n’a pas encore signé le traité. Il a trouvé une astuce pour éviter d’accorder lui-même l’immunité juridique aux soldats américains sur le sol afghan, c’est-à-dire renoncer partiellement à la souveraineté nationale. Il a annoncé qu’il allait convoquer un Loya Jerga (grande assemblée traditionnelle) consultative qui décidera si l’Afghanistan va signer ce traité ou non. Certains observateurs pensent qu’au vu de la composition de cette assemblée traditionnelle grandement contrôlée par le pouvoir, Hamid Karzaï n’aura pas de mal à faire adopter l’article concernant l’immunité juridique. Mais n’oublions pas que la même assemblée avait refusé l’année dernière de reconnaître ce volet du traité.
Le fait que le chef des talibans mollah Omar ait averti, dans un message à l’occasion de l’Aïd el-Kébir, le 14 octobre, « les envahisseurs et leurs alliés » que la signature de l'accord stratégique aurait de graves conséquences pour eux, ne facilite pas la tâche ni de Washington, désireux de négocier avec les talibans, ni de Hamid Karzaï à la recherche d’une paix introuvable avec eux.

Comment réagissent les Afghans et les pays voisins sur la présence à long terme des soldats américains en Afghanistan ?

Les réactions en Afghanistan vis-à-vis de ce traité sont diverses. Il n’existe pas une unanimité. On a vu que les talibans restent foncièrement hostiles non seulement au volet sécuritaire du traité mais également à toute forme que prendrait la présence des soldats américains en Afghanistan. Par contre, l’opposition politique est favorable à la signature rapide de ce traité et reproche même l’hésitation de Hamid Karzaï et le retard qu’a pris sa signature. La raison est simple à comprendre. L’opposition, notamment les partis influents auprès des ethnies tadjike, hazâra et ouzbèke, craignent le retour des talibans au pouvoir une fois les soldats étrangers, notamment américains, partis. La présence des troupes américains, et notamment leur engagement d’empêcher que les talibans arrivent au pouvoir, est considérée comme une garantie.
Les pays voisins d’Afghanistan sont quant à eux opposés à la présence à long terme des soldats américains en Afghanistan, à l’exception de l’Inde, hostile au retour des talibans à Kaboul qui consacrerait une victoire du Pakistan. Ce dernier pays est naturellement hostile au traité afghano-américain car le volet sécuritaire du traité évoquerait l’aide militaire américaine contre toute ingérence militaire de pays étrangers en Afghanistan. Le gouvernement afghan a une vision extrêmement large de l’invasion étrangère. Il demande aux Américains de reconnaître que tout appui et soutien aux terroristes, y compris les attentats suicides, doivent être considérés comme une invasion étrangère. Le Pakistan est clairement désigné dans ce volet sans être nommé. Hamid Karzaï prétend que les divergences sur ce point sont résolues entre Washington et Kaboul, mais on ne sait pas dans quel sens.
L’hostilité de l’Iran est connue. L’Iran a même mené une campagne de communication en Afghanistan contre la signature du traité et n’a pas hésité à menacer Kaboul des conséquences négatives qu’il aura sur les relations entre les deux pays. Les dirigeants iraniens craignent particulièrement la mise place de bases militaires américaines près des frontières iraniennes, l’une à Hérat et l’autre à Shindand. Le gouvernement de Kaboul, soucieux de préserver les bonnes relations qui existent entre l’Iran et l’Afghanistan malgré l’hostilité de l’Iran à la présence des soldats étrangers en Afghanistan depuis 2001, qualifiée d’occupation, a demandé et obtenu que soit précisé dans le traité qu’il ne sera utilisé en aucune manière contre les pays voisins.
La Loya Jerga doit être convoquée avant la fin octobre, si Hamid Karzaï répond à « l’ultimatum » du président américain. Sa décision aura des conséquences durables en Afghanistan et dans toute la région si elle accepte l’immunité juridique des soldats américains leur permettant de s’installer durablement en Afghanistan.
Sur la même thématique