ANALYSES

Lancement de la fusée nord-coréenne : raisons et conséquences ?

Interview
12 décembre 2012
Le point de vue de Jean-Vincent Brisset
Pourquoi ces lancements de fusée en Corée du Nord ?

Il y a deux usages. Un usage externe, classique, que pratique depuis maintenant dix-neuf ans la Corée du Nord, c’est-à-dire le chantage à la communauté internationale. En faisant quelque chose de hautement critiquable, la Corée du Nord provoque de vives réactions et promet de ne pas recommencer. En échange, la communauté internationale doit fournir l’énergie et la nourriture qui manquent cruellement au pays. Son usage en interne concerne, lui, quelque chose d’assez nouveau. Kim Jong-un est arrivé au pouvoir sans avoir été préparé et sans que la succession ait été annoncée auparavant au peuple ; il se doit de gagner une certaine légitimité. Pour ce faire, il doit se placer, comme l’étaient son père et son grand-père, comme le « père tutélaire » de la Corée du Nord. Il doit donc faire quelque chose de significatif parce qu’il est bien évident qu’il ne peut pas apporter la prospérité à son peuple, du moins dans l’immédiat. Il faut donc, dans un premier temps, des actes qui manipulent l’opinion, tout comme la communauté internationale. Un essai nucléaire ou du moins le lancement d’une fusée, même s’il est faux ou raté -mais présenté comme réussi-, suffit déjà amplement pour impressionner la population et donner l’aura nécessaire à Kim Jong-un.

La menace est-elle crédible ?

Pour le moment, non. Malgré tout ce que peuvent essayer de dire les services de renseignements américains, qui sont les seuls à détenir une partie de la vérité, la menace n’est pas crédible pour deux raisons. D’abord sur le plan nucléaire, les premiers essais réalisés par la Corée du Nord sont assez peu crédibles comme étant de « vrais » essais nucléaires. Et si c’est le cas, ils sont ratés pour diverses raisons : puissance insuffisante, absence de témoins, essais qualifiés de nucléaires quand ils sont destinés à remplir un objectif différent… Dans un deuxième temps, ce qui est annoncé comme étant un missile est en réalité une fusée ; cela signifie qu’elle doit être sortie de son abri, alimentée en carburant, être placée sur une rampe de lancement, et ce, de manière extrêmement visible, au su et au vu de tous les satellites qui observent la Corée du Nord. Ce genre de chose n’est pas acceptable sur le plan opérationnel. Ce serait beaucoup trop dangereux et comporterait la possibilité d’une riposte avant même que la fusée ait été tirée. Ces deux éléments associés font que pour le moment, même s’il existe une menace « nucléaire » somme toute relative en Corée du Nord, il n’y a pas de menace balistique nucléaire nord-coréenne crédible.

Quelles peuvent être les réactions de la communauté internationale ?

Elles consisteront d’abord en des protestations. Puis en des tentatives de sanctions vis-à-vis de la Corée du Nord, que la Chine acceptera probablement mollement, des sanctions qui touchent autant la population que la nomenklatura nord-coréenne. Il n’y aura aucun changement considérable. La situation reviendra à ce qu’elle était avant le tir : une Chine de plus en plus lassée de devoir fournir, à la demande des Américains, de la nourriture et du pétrole à la Corée du Nord.
Sur la même thématique
Comment comprendre la crise des Rohingyas ?