ANALYSES

Quels sont les enjeux de la convention républicaine pour Mitt Romney ?

Interview
28 août 2012
Réponse de Thomas Snegaroff, spécialiste des Etats-Unis
L’enjeu, comme toujours d’ailleurs lors des conventions, est de se mettre d’accord sur une plateforme commune et de réunir le parti, largement divisé pendant les primaires, afin de proposer un front uni face à Barack Obama. Il s’agit donc de ramener vers le GOP (Grand Old Party) les éléments les plus à droite, ceux du Tea Party, qui s’en étaient détournés durant la campagne des primaires. Romney a déjà œuvré en ce sens en choisissant Paul Ryan comme colistier et en déployant un programme assez dur, notamment sur l’avortement en le refusant totalement. Cette opération représente évidemment un risque pour Romney, celui de perdre l’électorat du centre, en particulier l’électorat féminin. Les républicains sont d’ailleurs un peu perdus et ne cessent de changer l’ordre des discours, afin de mettre en avant notamment Marc Rubio. Le sénateur plutôt modéré de Floride, très apprécié des républicains et qui doit attirer l’électorat hispanique, devrait a priori faire un discours jeudi et annoncer l’arrivée de Romney. On veut également faire parler Ann Romney, la femme de Mitt, afin de faire taire les critiques d’extrémisme qu’Obama lui-même a reprises lors d’un récent entretien avec Associated Press , s’étonnant du caractère extrême des propositions de son adversaire.
La situation est donc loin d'être simple pour Mitt Romney : il doit réunir son parti autour de lui, y compris les membres les plus extrêmes, tout en prenant garde de ne pas perdre le centre. Les conventions on toujours été le théâtre d’exercices d’équilibre entre les différents courants partisans, mais cette fois-ci, le jeu s'avère particulièrement complexe.
D'autant plus qu'une convention est la rencontre directe entre un candidat, son parti d’abord, mais aussi l’ensemble des Américains. Le dernier jour de la convention, le discours de Romney sera retransmis en direct sur les trois grands networks américains et sur la plupart des chaînes du câble. Le discours d’acceptation de la candidature représentera un moment très fort de la campagne. Le film de présentation du candidat, dont on ne sait pas grand-chose, peut faire bouger quelques lignes. Rappelons par exemple qu’en 1992, Bill Clinton avait tout à fait conscience d’être assez haut dans les sondages mais de ne pas être suffisamment connu par les Américains. C’est lors de la convention démocrate qu’il avait pu se présenter à travers un film notamment, très personnel, traitant de son histoire, de sa famille et de sa rencontre avec Hillary. Cet épisode avait touché les Américains.
Sur la même thématique