ANALYSES

Que signifie la libération de Roméo Langlois par rapport aux Farc ?

Interview
31 mai 2012
Le point de vue de Jean-Jacques Kourliandsky
Du côté des Farc, ce n’est que la confirmation d’une décision annoncée le 26 février dernier, qu’ils n’enlèveraient plus personne, pour des raisons politiques ou pour des raisons financières.

Alors la question que vous pourriez me poser, c’est mais comment se fait-il que, le 28 avril, les Farc aient détenu un journaliste français ? Ce sont en fait les circonstances qui ont conduit à cette détention. Le journaliste français Roméo Langlois, correspondant du Figaro et de France 24, accompagnait une opération des troupes colombiennes dirigée contre les Farc et contre des laboratoires de stupéfiants. Pendant le déroulement de cette opération, ce groupe militaire accompagné du journaliste, s’est heurté au front numéro 15 des Farc, et à l’issue de l’affrontement, le journaliste s’est trouvé détenu par les Farc qui n’avaient absolument pas l’intention de l’enlever. Ensuite, les Farc ont confirmé à plusieurs reprises leur engagement du 26 février en annonçant leur intention de le libérer. Ce genre de libération est néanmoins assez compliqué : il y a des procédures complexes à mettre en place, ce qui explique que cette négociation entre les Farc et la Croix Rouge (qui a servi d’intermédiaire) ait duré à peu près un mois.

Il n’y a donc aucun changement par rapport à ce que l’on savait déjà sinon que les Farc, en libérant le journaliste français, ont confirmé qu’elles ne souhaitaient plus enlever quel que journaliste que ce soit. Les Farc ont même précisé dans deux communiqués, qu’en dépit du fait que le journaliste ait eu quelques effets militaires sur lui (l’armée colombienne l’avait effectivement doté d’un casque et d’un gilet pare-balles, ce qui aurait pu permettre de l’assimiler à un élément combattant) il n’était pas considéré comme un otage et qu’il serait donc libéré.
Sur la même thématique
Trump et le monde