ANALYSES

L’Europe et le populisme : quelles sont les tendances ?

Interview
24 avril 2012
Le point de vue de Magali Balent
Les extrêmes droites européennes se gouvernementalisent-t-elles ?
Partout en Europe, on observe une poussée de ces partis qu’il vaut mieux aujourd’hui qualifier de partis nationaux-populistes. Eux-mêmes récusent d’ailleurs ce qualificatif d’extrême droite. Cette poussée dans les urnes du national-populisme s’accompagne, dans certains pays européens où le mode de scrutin le permet, de l’entrée au Parlement de députés. Certains de ces partis ont aussi fait leur entrée au gouvernement mais cela reste une exception en Europe. Cela a été le cas notamment en Italie, sous le gouvernement de Berlusconi qui comptait trois ministres issus de la Ligue du Nord. On note également des exemples de parti d’extrême droite ayant obtenu des bons scores aux élections législatives et qui ont noué des alliances avec les gouvernements en place, sans pour autant disposer de ministres au sein de ces mêmes gouvernements. C’est le cas du Danemark et des Pays-Bas jusqu’à lundi dernier. Mais ces exemples restent des exceptions. La question pour la France est de savoir si le Front national pourrait obtenir des députés à l’Assemblée nationale : il semble que oui. Est-ce que pour autant, on pourrait parler d’une « gouvernementalisation » du Front national ? Probablement pas, car Marine Le Pen n’entend pas soutenir le prochain gouvernement français quelle que soit sa couleur politique. En revanche, elle table sur une décomposition de l’UMP en cas de victoire de la gauche à l’élection présidentielle, ce qui lui permettrait d’appeler par la suite à la reconstitution d’une nouvelle formation de droite intégrant une partie de l’ancienne UMP en vue des prochaines élections…

Le Front National aspire-t-il à s’allier aux partis d’extrêmes droites en Europe ? Notamment au sein du Parlement européen ?
Il existe déjà une alliance que l’on appelle l’Alliance européenne pour la liberté, qui rassemble différents partis nationaux-populistes en Europe. Ces partis n’ont pas tous des députés au Parlement européen. C’est dans ce cadre que Marine le Pen s’est rendue, il y a quelques mois, au bal de Vienne, à l’invitation du Parti d’extrême droite autrichien, le FPÖ. Les partis nationaux-populistes s’organisent aussi au Parlement européen au sein de deux groupes, celui des non-inscrits qui n’est pas à proprement parlé un groupe parlementaire, et celui appelé « Europe Libertés démocratie » qui accueille aussi des partis souverainistes. Par ailleurs, il existe également ce souhait, renforcé depuis que Marine le Pen est arrivée à la tête du parti, de nouer des alliances bilatérales. C’est le cas en Italie avec la Ligue du Nord, en Autriche avec le FPÖ. Il y a également d’autres tentatives de rapprochement avec l’Union démocratique du centre (UDC) qui est le parti national-populiste de Suisse. Ces initiatives sont destinées à prouver que le Front National a des contacts à l’étranger, qu’il a des relations et des soutiens et qu’il est donc capable de porter la voix de la France dans les pays européens, pour défendre les intérêts du pays, y compris à l’extérieur de ses frontières.
Sur la même thématique