ANALYSES

Géopolitique de la mondialisation criminelle. La face obscure de la mondialisation

Tribune
24 avril 2013
Par Xavier Raufer, auteur de « Géopolitique de la mondialisation criminelle. La face obscure de la mondialisation. » (puf, 2013)
Vous évoquez un « syndrome de tantale » des pauvres qui ne sont pas exploités mais négligés dans les bidonvilles de Sao Paulo ou de Lagos et pour qui l'ascenseur social le plus sûr reste le crime organisé. Pouvez-vous nous en dire plus ?
Dans les pays européens, il y eut jadis un lien de causalité direct entre misère et crime. Ainsi en France, au XVIe siècle, le renchérissement des céréales (donc du pain) était suivi d'un accroissement du nombre des incarcérations et condamnations pour des vols typiques en cas de disette : nourriture, etc.
Depuis la décennie1950, ce lien entre misère et crime a disparu d'Europe. Exemple : la criminalité a fortement augmenté en période de résorption du chômage (années Jospin) et de longue date, les départements les plus pauvres de France (Creuse, Cantal, Ardennes) sont aussi les moins criminogènes ! De même l'énorme crise sociale post- Subprimes (2008-2011) voit-elle la criminalité s'effondrer aux Etats-Unis (homicides retombant aux chiffres de 1963 dans les grandes métropoles, Forte baisse des vols à main armée, etc.).
Tels n'est pas le cas dans les mégapoles du Sud. Une grande précarité, la présence de la télévision qui permet aux jeunes générations d'envier le mode de vie des 'riches' (SitComs, telenovelas, etc.) pousse nombre de ceux-ci vers l'illicite et les trafics - à peu près le seul 'ascenseur social' à leur portée.

À contre-courant, vous affirmez que le terrorisme djihadiste agonise. Pourquoi ?
Contre-courant ? Suis-je comptable de l'aveuglement médiatique ? Les faits que je rapporte sont ceux d'Europol, la seule institution qui collecte, pour les 500 millions d'habitants des 27 pays de l'Union européenne, tous les cas d'attentats réussis ou entrepris. Ils sont publics et consultables aisément. Que disent-ils ?
Que le terrorisme disparaît virtuellement d'Europe. Durant l'année 2012, 25 des 27 pays de l'UE ne signalent plus d'attentats, ni même de tentatives sérieuses. La sortie d'ETA de la lutte armée en Espagne (fin 2011) a juste confirmé la tendance. Fin 2012, 24 pays sur 27 de l'UE sont hors terrorisme depuis 2009 - trois ans entiers !
Restent aujourd'hui le Royaume-Uni et la France, où la plupart des attentats affectent deux micro-territoires : l'Ulster et la Corse. L'occurrence d'un attentat est désormais si limitée dans l'UE, qu'une 'Nuit bleue' de plus ou de moins dans l'Île de Beauté bouleverse la statistique du terrorisme pour l'Europe entière. Et les attentats islamistes ? Pour toute l'Europe, on en compte 4 depuis 2009 - zéro en 2011 et en 2012.
Restent évidemment aussi quelques nigauds singeant le jihad sur YouTube et neutralisés à la première occasion, et des cas quasi-pathologiques comme Breivik ou Merah, capables d'atrocités mais isolés ou presque - et de ce fait, limités dans leurs capacités criminelles.

Evoquant la mondialisation criminelle, vous parlez du système financier bancaire et affirmez que la crise de 2008-2009 qui a jeté 100 millions de personnes dans la misère à travers le monde est la plus grande crise humanitaire depuis la fin de la seconde guerre mondiale.
Selon la Banque mondiale et le FMI, la crise des Subprimes a de fait fini par susciter des drames jusque dans les pays les plus pauvres et fragiles du Sud. Partie de Wall Street et à l'origine purement financière, cette crise a ensuite perturbé des filières économiques entières, provoquant de sévères déperditions de ressources pour des populations allant (pour le FMI et la Banque mondiale) de 70 à 100 millions de personnes. De tels faits disqualifient une bonne fois pour toute le scandaleux bobard libéral de 'crimes sans victimes'.

Sur la même thématique