ANALYSES

Vers une nouvelle révolution énergétique ?

Tribune
19 octobre 2011

Entretien avec Sabine Rabourdin, ingénieur en énergie, auteur de « Vers une nouvelle révolution énergétique ? » (Ed. Le Cavalier Bleu, 2011)

Vous parlez dans votre ouvrage d’une crise de la dépendance à une trop grande quantité d’énergie. Pourquoi ? Quelles conséquences risquent d’être induites par cette crise ?
Depuis deux siècles, plus précisément depuis la révolution industrielle et la course à la croissance, la société moderne occidentale s’érige en prenant appui sur les ressources énergétiques d’origine fossile : charbon, pétrole, gaz. Elle en est devenue totalement dépendante. La raréfaction de ces ressources va nécessairement induire un tremblement de terre sur ces bases. Il faut d’ailleurs en parler au présent, puisque nous sommes en train de vivre ce « tremblement de terre », la crise économique et les guerres du pétrole en sont les corolaires. Le risque principal concerne la rapidité du changement, car il faut du temps pour ériger de nouvelles bases. Devant l’urgence, c’est souvent le conflit qui prime. Néanmoins, en dehors de ces risques de conflit (pour s’approprier les dernières ressources), cette crise peut permettre l’émergence d’une nouvelle relation à l’énergie, qui pourra se révéler très positive.

Après le feu et la machine à vapeur, une troisième « révolution énergétique » est selon vous nécessaire et inéluctable. Sera-t-elle dans la lignée des précédentes ou à contre-courant et sur quelles voies est-il possible de construire la transition vers cette nouvelle « révolution énergétique » ?

La nouvelle relation à l’énergie sera forcément à contre-courant puisqu’elle ne pourra s’appuyer sur des ressources fossiles bon marché : en ce sens, ce sera une révolution. La société devra enfin prendre conscience de la finitude des ressources et redécouvrira la valeur de la sobriété. Ce mot peut avoir une connotation négative, qui renvoie dans l’imaginaire à l’impression de manque, c’est un malentendu. Car la sobriété désigne la capacité d’estimer ses besoins et d’y répondre en s’ajustant aux limites. C’est une nouveauté effectivement pour notre société que de se poser des limites de consommation, mais c’est aussi une perspective qui peut se révéler très stimulante. Elle permet de se ressaisir de la question des besoins et de reposer un rapport au temps et à la nature plus cohérent. Au niveau stratégique, c’est une multitude de possibilités qui redessinent un nouveau paysage social et technologique : pour un pays comme la France, je vous suggère de regarder le dernier scenario négaWatt, qui détaille les objectifs et mesures de la transition énergétique en s’appuyant prioritairement sur la sobriété et l’efficacité.

D’autre part, la réponse aux besoins se fera en priorisant bien sûr les ressources non fossiles, mais également en s’appuyant sur les réseaux. Nous sommes passés dans l’ère des réseaux sur le plan des technologies de l’information et de la communication, c’est une caractéristique de notre époque. Ce doit l’être également sur le plan énergétique. Les réseaux de distribution d’énergie permettent la décentralisation et le recours aux énergies renouvelables. Pour être plus concrète, citons le « foisonnement » qui en connectant les lieux de production d’énergie sur un territoire, permet par exemple à l’éolien de prendre le relais du solaire au moment des fluctuations météorologiques. Enfin, la décentralisation devra s’appuyer sur une prise de participation des populations, en faisant des collectivités locales et des habitants les investisseurs de leurs moyens de production. C’est à cette condition qu’ils sauront mieux connaître leurs besoins et leurs limites. C’est sans doute le point le plus délicat à l’heure où les capitaux sont encore très centralisés.

Vous citez Ivan Illich, selon qui la surabondance d’énergie mène à l’exploitation et accentue les inégalités au sein d’une société. Plutôt qu’un développement de l’accès à l’énergie des pays du Sud par une valorisation de leurs ressources locales, la solution résiderait selon vous dans l’imposition d’une limite à la consommation d’énergie par personne, d’un quota d’énergie acceptable, condition d’harmonisation des rapports humains. Pourquoi ?
La valorisation des ressources énergétiques locales des pays du Sud est nécessaire et utile. A condition que les habitants s’approprient les retombées économiques et énergétiques de cette exploitation. Mais il faut également recourir à une limite à la consommation d’énergie par personne, si l’on veut aboutir à une redistribution égalitaire de ces ressources. Ivan Illich a travaillé à l’élaboration de ce seuil, comme aux autres seuils qu’il a définis pour d’autres domaines (santé, éducation, déplacement), et plusieurs organismes s’intéressent à cette question du quota d’énergie, notamment ceux qui travaillent sur le changement climatique, où s’impose également un seuil limite d’émissions d’équivalent CO2 qui est en corrélation avec la consommation d’énergie.

Vous expliquez que les sociétés humaines s’organisent en fonction de l’énergie. Si la capacité des pays riches à relever les défis du développement durable reste à prouver après l’échec notamment de la conférence de Copenhague en 2010, peut-on penser que les pays du Sud privilégieront des modes de développement alternatifs sur les plans énergétiques et sociétaux ?

L’échec de Copenhague est avant tout politique, il ne reflète pas l’intérêt des populations du Sud pour les modes de développement alternatifs, qui les concernent prioritairement. Ils sont les premiers à être touchés par les conséquences écologiques (écosystèmes, santé, changement climatique) de la consommation et par l’augmentation du coût du pétrole et des autres ressources non renouvelables. Ces populations s’intéressent donc aux alternatives, et la sobriété leur est bien plus familière qu’à nous. Mais leurs Etats ont emprunté la voie du développement économique et industriel qui est une réponse adaptée à la mondialisation économique. Le charbon risque alors en effet d’être leur solution à moyen-terme. Sauront-ils préserver ces ressources et trouver un modèle plus sobre et moins polluant ? L’un des enjeux de la « révolution énergétique se joue ici », en particulier pour la Chine et l’Inde, qui possèdent de grandes réserves de charbon. La question est d’autant plus pertinente que ce sont des pays parmi les plus en pointe des technologies vertes dans le domaine énergétique.

L’Union européenne vous semble-t-elle mener une politique énergétique efficace ?
L’Union européenne pourrait être encore plus ambitieuse sur sa politique énergétique ! Elle s’appuie encore trop sur les pays exportateurs d’énergies fossiles comme la Russie ou les pays du Sud de la Méditerranée, en cherchant à construire plus de gazoducs. Le projet de gazoduc Nabucco reliant l'Iran à l'Europe centrale, s’étalera sur plus de 3000 km, pour un coût de 12 à 15 milliards d’euros. Pourtant les réserves de ces pays déclineront avec l’augmentation de la demande intérieure. L’Europe s’inquiète pour sa sécurité énergétique et cherche à garantir une certaine stabilité des prix, mais elle ne mise pas autant qu’il le faudrait sur la production locale renouvelable et les mesures d’efficacité/sobriété. 20% d’efficacité énergétique en Europe d’ici 2020 équivaut à l’approvisionnement de quinze gazoducs Nabucco ! Les Etats membres gagneraient aussi à coordonner leur politique énergétique extérieure, pour stimuler le développement de technologies « vertes » par les populations locales, c’est aussi une manière d’accompagner les changements démocratiques au sud de la Méditerranée.

Sabine Rabourdin vient de publier « Vers une nouvelle révolution énergétique ? » (Ed. Le Cavalier Bleu).

Sur la même thématique