ANALYSES

Aéroports de Paris au (dé)service de la France

Tribune
21 novembre 2008
De nombreux vols débarquent par bus et non par passerelle provoquant une première perte du temps. Et juste après, il y a très souvent des files d’attentes interminables pour passer la douane. Ainsi, trop souvent, un étranger arrivant en France pourra mettre plus d’une heure entre le moment où il sort de l’avion et celui où il sort de l’aéroport.

Et en repartant il ne risque pas de changer d’opinion. Des délais de 30 minutes à 1 heure pour passer les contrôles de sécurité sont fréquents. Le personnel, qui fait toujours preuve de patience et de courtoisie, n’y est pour rien. Il est simplement en sous-effectif constant. De nombreux portiques restent ainsi inutilisés faute de moyens humains.

Nos visiteurs étrangers, qu’ils viennent pour affaires ou pour tourisme, auront donc toutes les chances de percevoir la France comme un pays inefficace, bureaucratique, ne respectant pas ses visiteurs en les faisant lanterner dans des conditions inconfortables.


Manifestement, la direction d’ADP n’en a cure.
Malgré les nombreux articles négatifs parus dans la presse étrangère comparant Roissy à un aéroport digne d’un pays du tiers-monde, rien n’est fait pour améliorer la situation. Une situation qui pénalise tout autant les Français qui voyagent ; il serait d’ailleurs intéressant de calculer en coût économique le nombre d’heures perdues du fait de l’incurie de la direction d’ADP.
En terme d’image de la France, en tous les cas, le coût est énorme et tous ceux qui reçoivent des visiteurs étrangers ont régulièrement droit à leurs complaintes sur ce sujet.

Mais pourquoi les dirigeants d’ADP changeraient-ils d’attitude et feraient-ils preuve de professionnalisme ou de respect élémentaire de leurs usagers ? Leurs défaillances ne sont pas sanctionnées, chacun reste en place. Ils sont bien coupables face à chaque usager mais responsables devant personne.