ANALYSES

L’Inde à la conquête de l’espace

Tribune
10 avril 2019


C’est une entame printanière spatiale chargée et réussie que vient de vivre l’Inde ces derniers jours. Le 1er avril 2019, l'organisation indienne de recherche spatiale (ISRO) a procédé au tir réussi de son lanceur Polar Satellite Launch Vehicle (PSLV), lequel ne transportait rien de moins qu’une trentaine de satellites, occidentaux pour l’essentiel (24 américains, quatre européens), un satellite indien de dernière génération EMISAT[1] complétant le chargement. Ce lancer constitua une première à divers égards, l'ISRO plaçant notamment à cette occasion des satellites sur trois orbites au cours d'un même lancement, tandis que le 4e étage du PSLV se transformait pour la première fois en une plate-forme de recherche orbitale.

Trois jours plus tôt, le 29 mars, la voie de la performance technologique et spatiale avait été engagée par le tir réussi d’un missile antisatellite (A-Sat) abattant à 300 km d’altitude un satellite cible indien, une prouesse faisant entrer l’Inde dans le cercle très fermé des puissances détenant un tel savoir-faire, jusqu’alors composé des seuls États-Unis, de la Russie et de la Chine.

Des performances transparentes et maîtrisées

Lors de son tir opéré en janvier 2007[2], la Chine avait désigné une cible positionnée à une altitude élevée (800 km), ayant comme conséquence lors de sa destruction la production d’une multitude de débris qui, à une telle altitude, demeureront en orbite, selon les spécialistes, des décennies sinon des siècles, avec le lot de contraintes (sécuritaires notamment) générées par une telle présence sur une si longue durée. À la différence de ce précédent chinois, les ingénieurs du pays de Gandhi œuvrant sur la « mission Shakti (force) » ont retenu une cible située à une altitude inférieure (300 km), une option réduisant à quelques semaines ou mois la présence dans l’espace de ces débris de satellite. Prenant là encore le contre-pied de Pékin – qui en 2007 ne communiqua guère volontiers sur son entreprise antisatellite - New Delhi, par la voix de son Premier ministre Narendra Modi, communiqua sans tarder sur le sujet, insistant lors d’une intervention télévisée sur la transparence du programme spatial indien et l'attachement de la « plus grande démocratie du monde » à la nature pacifique[3] de son ambitieuse politique spatiale. Un mode opératoire plus transparent, plus responsable, salué par deux autres membres de ce club fermé des puissances spatiales, la Russie et les États-Unis, ces derniers confirmant à cette occasion leur « intérêt commun (avec l’Inde) pour l'espace et la coopération scientifique et technique en matière de sûreté et de sécurité dans l'espace extra-atmosphérique[4] ».

L’Inde, une puissance spatiale ambitieuse

Les succès technologiques enregistrés les 29 mars et 1er avril ont entre autres bénéfices permis de confirmer plus avant les capacités autochtones de l'Inde et la solidité d’un programme spatial bâti sur une série de réussites préalables : au printemps 2019, c’est en effet l’Union indienne qui, dans la région indo-pacifique, dispose de la plus importante constellation de satellites civils ; c’est encore l’Inde qui détient le record du nombre de satellites placés en orbite[5] lors d’un seul lancer (104). Enfin, c’est le savoir-faire des ingénieurs indiens qui permit en septembre 2014 à la sonde Mars Orbiter Mission de se placer (à sa première tentative et pour un coût financier très maîtrisé) en orbite autour de la Planète rouge.

Sans surprendre, ces compétences reconnues drainent aujourd’hui vers l’Inde des nations et des entreprises du monde entier lui confiant le lancement de leurs satellites. À ce titre, relevons l’étroite coopération entre l’Inde et la France (notamment entre l’ISRO et le CNES), lesquelles n’hésitent pas à parler de « vision commune de la coopération spatiale », à mettre en avant le fait que « la France et l’Inde sont liées par un partenariat ancien et sans équivalent dans le domaine des usages pacifiques de l’espace extra-atmosphérique. La coopération et la collaboration dans le domaine spatial ont profondément marqué les relations entre les deux pays qui se sont affirmés comme de grandes nations spatiales[6] ».

La présence de l’Inde sur cette niche technologique de pointe génère des dividendes économiques et comptables, mais également politiques, le cas échéant : au printemps 2017, l'Inde avait ainsi procédé - à titre gracieux - au lancement de satellites destinés à ses voisins du sous-continent et pays membres de la South Asian Association for Regional Cooperation (SAARC[7]). Enfin, dans ce registre valorisant, notons encore que le mois dernier, la NASA[8] faisait part de son intérêt à former, avec ses homologues indiens, un groupe de travail sur le programme de missions spatiales habitées, l'Inde projetant d'envoyer trois astronautes dans l'espace d'ici 2022 dans le cadre de la mission « Gaganyaan[9] », un ambitieux projet porté par le chef de gouvernement indien en personne depuis l’été 2018[10].

---------------------------

[1] Electro-Magnetic Intelligence Satellite, dédié notamment en renseignement militaire.

[2] ‘’Flexing Muscle, China Destroys Satellite in Test’’, The New York Times, 19 janvier 2007.

[3]  Un argument repris à l’identique par Moscou (‘’Russia highlights 'non-directedness' of India's anti-satellite test against any country’’, The Business Standard, 29 mars 2019).

[4] Département d’État (américain), 3 avril 2019.

[5] Une prouesse réalisée en février 2017 ; lire à ce propos ‘’India Launches 104 Satellites From a Single Rocket, Ramping Up a Space Race’’, The New York Times, 15 février 2017.

[6] Le détail de cette coopération étroite peut être apprécié sur le site Internet de l’ambassade de France à New Delhi (https://in.ambafrance.org/Vision-commune-de-la-cooperation-spatiale-entre-la-France-et-l-Inde).

[7] L’organisation régionale de coopération réunissant les sept pays d’Asie méridionale + l’Afghanistan.

[8] ‘’Gaganyaan 2022: US interested in working with India for manned space mission’’, India Today, 9 mars 2019.

[9] ‘’ Gaganyaan 2022: What the mission is all about l 10 points’’, India Today, 28 décembre 2018.

[10] ‘’On Independence Day, Modi promises Indian manned space mission’’, CNN, 15 août 2018.
Sur la même thématique