ANALYSES

« On n’a pas encore saisi toute l’ampleur du sport dans les relations internationales »

Presse
8 novembre 2018
Interview de Carole Gomez - PS 56
Quelle est l’importance du sport dans les relations internationales ?

C’est une importance que l’on a tendance à négliger aujourd’hui. On a toujours tendance à considérer que le sport n’est qu’un élément accessoire d’une politique étrangère, alors qu’on peut, si l’on prend un autre prisme, le considérer comme central. Un certain nombre d’éléments ont pu montrer que cela faisait partie d’une stratégie mise en œuvre par un certain nombre de capitales pour renvoyer une image plus positive. On peut penser à la Russie, à l’exemple du Brésil pour renvoyer une image dynamique ou à d’autres pays comme le Qatar qui acquiert une existence sur la scène internationale par le biais de sa présence sur la scène sportive.

L’importance aussi du sport dans les relations internationales, on le voit d’une façon un peu plus épisodique, est la faculté qu'il peut avoir par le biais de rencontres, de compétitions, de venir recréer un lien qui n’existait pas forcément jusqu’à présent. On peut avoir en tête récemment le rapprochement entre les deux Corées à l’occasion des jeux olympiques et paralympiques de Pyeongchang en 2018. Mais ce n’est pas du tout quelque chose d’isolé. L’équipe de rugby d’Irlande est une équipe composée des deux États, Irlande du Nord et République d’Irlande, qui est un peu une originalité et une exception dans le monde du sport. Elle a permis à l’île, non pas de panser un certain nombre de ses blessures, parce qu’il y a encore des événements se déroulant là-bas qui ne sont pas de la guerre civile mais qui révèlent une tension encore existante entre les différentes communautés, mais elle a permis de faire cohabiter ensemble un certain nombre de personnes et d’apaiser les tensions qui pouvaient être extrêmement fortes à un certain moment. Il y a d’autres éléments qui peuvent être cités de l’utilisation du sport comme un vecteur de rapprochement : par exemple la Turquie et l’Arménie par le biais d’organisation de matchs de football. Le rapprochement entre la République de Chypre et la partie turque qui lui aussi a permis de mettre en œuvre un certain nombre de projets sur le long terme.

L’autre importance du sport au niveau des relations internationales c’est évidemment le poids économique. On l’a vu avec l’émergence de ce que certains ont appelé le sport business, le foot business notamment, mais avec un poids croissant à la fois au niveau des retombées financières, du PIB en tant que tel, puisque même si on n’a pas d’étude extrêmement précise sur le sujet on estime le marché du sport en France à environ 2% du PIB. Ce qui est à peu près le même niveau que la défense de mémoire. C’est quelque chose de développé et dont on n’a pas encore pris, à mon sens, toute l’ampleur. C’est aussi intéressant de voir qu’il y a un certain nombre de structures, on peut penser à des entreprises, notamment chinoises qui, dans le cadre de la politique de la diplomatie sportive mise en œuvre par Xi Jinping, sont en train de se positionner sur des terrains qu’ils n’avaient jusqu’à présent jamais abordé en investissant dans les clubs de football européens qui constituent pour eux une diversification des marchés dans lesquels ils investissent, mais également une porte d’entrée sur un marché qu’ils avaient du mal à intégrer. On le voit, le sport est un moyen utilisé à la fois par des entreprises, des associations et des États pour renforcer leur présence sur la scène internationale, leur stratégie.

La Russie a-t-elle bénéficié de la dernière coupe du monde ?

J’aurais tendance à dire que cela a été plutôt un succès pour la Russie en dépit des différentes critiques qu’il y a pu avoir en amont de la compétition. Il faut aussi remettre dans le contexte :

L’attribution à la Russie en 2010, en même temps que le Qatar qui avait soulevé un certain nombre d’indignations, de critiques. Certains n’avaient pas tardé à appeler au boycott, avec le succès que l’on connait. On avait un peu cette tension autour de la Russie avec à la fois des inquiétudes sur ces questions-là et sur l’organisation correcte de la compétition mais également sur l’ouverture du pays et sa capacité à accueillir de façon importante l’un des premiers événements sportifs au monde. Pourtant cela a été un pari plutôt réussi pour Vladimir Poutine puisque pendant ce mois de football l’organisation n’a quasiment pas connu de difficultés, la seule ombre au tableau a peut-être été l’entrée de plusieurs membres des Pussy Riot sur la pelouse lors de la finale. Le reste a pour le moins bien fonctionné. Cela a permis aussi de relever et de mettre en avant la stratégie de la diplomatie sportive mise en œuvre par Vladimir Poutine depuis les années 2000. On a souvent tendance à considérer que les événements sportifs sont un peu déconnectés les uns des autres alors qu’au contraire, c’est quelque chose qui a été pensé, réfléchi sur le long terme et c’est une séquence qui dure du début des années 2000 jusqu’à environ 2020. Il va y avoir à la fois une présence sur le champ sportif, au niveau des performances et une importance au niveau de l’accueil de grandes compétitions. On pense notamment à l’organisation des jeux olympiques et paralympiques de Sotchi, la coupe du monde de football. Il y avait aussi les championnats d’escrime et de natation, les universiades. Ces organisations de grands événements sportifs permettent donc de faire parler de la Russie d’une façon relativement positive puisque cela va montrer le pays sous un jour nouveau, mettre en avant son dynamisme, sa richesse. Dans ce cas de la Coupe du monde, il est intéressant de s’attarder sur la géographie des villes hôtes de cette compétition. Un effort considérable a été fait pour arriver à montrer à la fois toute la diversité de la Russie mais également son unité. Des épreuves ont eu lieu dans l’enclave de Kaliningrad, à Sotchi, à Ekaterinbourg, Saint Pétersbourg, Moscou et qui ont eu pour vocation de montrer les différents visages de la Russie mais également d’un point de vue de politique interne de donner aux Russes l’occasion d’être le cœur de l’actualité internationale pendant un an.

Est-ce que les États ont des diplomaties sportives élaborées ?

Oui. Ce qui est aussi intéressant c’est de voir qu’il n’y a pas une diplomatie sportive en tant que telle. Elle va avoir systématiquement des axes prioritaires. Par exemple la diplomatie sportive du Qatar qui est très portée sur la médiatisation, le sponsoring et l’accueil de grandes compétitions sportives peut se rapprocher par certains aspects de la diplomatie sportive mise en œuvre par l’Azerbaïdjan. Elle s’était traduite dans une moindre mesure par le sponsoring de l’Atlético Madrid, le fait d’avoir participé à un certain nombre d’initiatives pour sponsoriser des événements, à l’accueil de grandes compétitions sportives. Mais si l’objectif est le même, la mise en œuvre n’est pas forcément identique. Chaque pays va donc jouer avec ses différentes armes. La diplomatie sportive de la Chine ne sera pas du tout la même que celle des États-Unis. Si la première cherche à conforter son statut d’hyperpuissance par la culture de l’excellence sportive et du résultat, en mettant énormément de moyens en termes humains et financiers pour arriver à la réussite d’un objectif, la diplomatie sportive américaine va plutôt avoir tendance à se développer autour de l’idée pure de soft power. Cela va se concrétiser par l’envoi d’entraîneurs dans différents pays, les visites d’équipes de NBA dans des pays tels que la Colombie ou Haïti pour montrer un autre visage de la diplomatie américaine.

Et la diplomatie sportive française ?

ll y en avait une qui était officieuse pendant un certain nombre d’années. Puisque là encore le sport n’était pas considéré comme un axe prioritaire de la diplomatie française. Le sport ce n’était que du sport et on ne voyait pas derrière les enjeux économiques, politiques et diplomatiques qu’il pouvait y avoir. C’est vraiment à partir de 2014 que cela va s’initier avec la nomination d’un ambassadeur pour le sport, avec toute une réflexion sur les objectifs que l’on veut se fixer. Il n’y a eu que trois ambassadeurs pour le sport jusqu’à présent. Cela a pour objectif de faire monter en puissance des responsables français au sein d’institutions internationales pour arriver à peser, à ce que la voix de la France soir représentée au plus haut niveau. Le deuxième axe va être d’allier la diplomatie sportive avec la diplomatie économique. Cela va aussi aller par le travail de l’image de la France à l’international qui passe par l’accueil de grandes compétitions sportives. Et à partir du moment, en 2014, où cela s’est mis en œuvre, on a eu toute une succession de candidatures à des grands événements sportifs qui se sont révélées pour l’instant payantes avec la coupe du monde de rugby en 2023, les JO à Paris en 2024 ainsi qu’un certain nombre d’autres événements sportifs. C’est aussi intéressant de voir que c’est quelque chose qui était encore culturellement improbable il y a une dizaine d’années et qui s’est petit à petit formalisé, même si cela rencontre encore aujourd’hui des freins, des lenteurs puisqu’au sein de toutes les ambassades a été nommé un référent sport pour essayer de valoriser le rôle du sport et de la France dans le sport. Mais le problème de cette casquette référent sport est qu’elle s’est ajoutée à la casquette référent culture, référent gastronomie, référent défense des ambassades. Contrairement à ce qui est donc affirmé, le sport n’est toujours pas une priorité, hypothèse renforcée par les différentes décisions politiques visant encore à amoindrir ses moyens dans les prochaines années.

Propos recueillis par Kevin ALLENO
Sur la même thématique
Paris 2024 : un an après, où en est-on ?