ANALYSES

Sommet d’Helsinki : pourquoi la double bourde de Trump sur la Russie risque d’être un sparadrap électoral

Presse
18 juillet 2018
Interview de Jean-Eric Branaa - Atlantico
A quelques mois des élections de mi-mandat, que risque vraiment Donald Trump avec cet écart de conduite dans un premier temps, et cette volte-face dans un second ?

Donald Trump s'est rendu compte assez rapidement qu'il y avait le feu dans la maison puisqu'il a eu un tsunami de réaction hostile. Il devait regretter ses propos dès son entrée dans l'avion.
Il s'est senti isolé. Beaucoup ont rappelé que l'ingérence russe était prouvée.
Et il est vrai qu'elle l'est même si on a encore du mal à la rattacher au Kremlin. On sait que le hacker a agi depuis la Russie. Donald Trump mais il s'était senti attaqué. Ce qu'il a voulu dire par sa volte-face. Effectivement, le peuple américain pourrait mal réagir comme l'a fait l'ensemble de la case politique. Il y a un vrai risque à quatre mois des élections que les électeurs se retournent.
On peut féliciter l'équipe de communication qui a trouvé cette trouvaille extraordinaire de la double négation. Qui va être vite transformée par les démocrates en slogan "la présidence de Trump s'est toujours une double négation. Cela risque de laisser des traces dans la prochaine campagne. Il voudra tourner cette page le plus rapidement possible. Ses relations avec la Russie sont donc toujours au point mort.

Dans un premier temps, sa volonté était bien de nouer des liens avec Vladimir Poutine. La "question russe" a notamment permis de le démarquer d'avec Hillary Clinton pendant la campagne... Les Américains lui seront-ils gré d'avoir initié une nouvelle relation avec la Russie selon vous ?

Très franchement, il est très difficile aujourd'hui de penser que les Américains ont envie de cette relation avec Vladimir Poutine. Au contraire. Des sondages récents nous indiquaient que 9 % des démocrates faisaient confiance à Poutine et 25 % des républicains. Pour les républicains, c'est déjà pas mal. Donald Trump a quand même bien vendu son affaire. Mais je ne pense pas qu'il y ait une attente particulière dans le fait d'avoir une relation forte avec la Russie. Nous parlons d'un pays qui a vécu avec la haine du communisme. L'URSS est l'ennemi ancestral des Etats Unis. C'est assez biaisé dans la tête des Américains pour ne pas avoir dans l'idée que cet homme la représente l'ami. C'est bien là-dessus que les démocrates ont plongé puisqu'ils ont bien insisté sur le fait que Donald Trump ait préféré écouté le KGB plutôt que la CIA.
Rien qu'avec cette phrase, on se rend compte combien il sera difficile pour Trump de sortir de ce piège. Je précise, que sa côte n'a pas bougé depuis plusieurs semaines, elle est çà 43 % de satisfaits. Nous verrons.

Sur ce sujet comme sur d'autres, la grande force de Donald Trump n'est-il pas précisément d'incarner une présidence d'un autre type, plus imprévisible mais aussi plus cohérente avec ses prises de position passées ?

C'est ce qu'il aimerait que l'on achète. On peut le penser. J'en doute personnellement. Je crois qu'il y a des accords qui ont été passés ou que Donald Trump a tenté de passer avec Poutine. Il semble être clair que sur l'aspect international, il essaie de se servir des alliés les uns contre les autres. Dans son jeu, la Russie lui servirait à contrebalancer avec la Chine. Mais cela voudrait dire qu'il s'imagine que le monde est identique à celui d'avant et que les Russes sont toujours aussi puissants. Ce qui n'est pas forcément le cas. Tous ca me fais dire qu'il y a certainement s'autres choses qui ont été négocié.
Ce dont je suis sûr, c'est que le président américain nous propose un nouvel ordre mondial. Je persiste à dire qu'effectivement le monde n'est plus ce qu'il était il y a un an et demie. Aux yeux de Trump, tous les pays se valent et sont à même hauteur. Il n'y a plus de boucliers américains sur lequel les alliés peuvent compter.
Les nations s'inquiètent, car la compétition va être féroce. Trump agit en PDG de l'entrepris Etat-Unis et cela bouleverse le jeu stratégique des uns et des autres.
Sur la même thématique