ANALYSES

Moyen-Orient :  » Une recomposition géopolitique régionale « 

Presse
4 juin 2018
Pourquoi parlez-vous aujourd’hui des mondes arabes au pluriel ?

L’expression consacrée, du monde arabe, nous paraît de plus en plus impropre. En réalité, chaque Etat a ses réalités et ses intentions, parfois en opposition avec son voisin. Le monde arabe a pu se justifier à une époque autour de Nasser. Il n’est plus enisageable. Au niveau économique, des ressources naturelles, d’énormes disparités entre les pays existent, pas seulement entre les extrêmes du Qatar et du Yémen. Et on ne note pas spécialement un esprit de solidarité entre ces pays. Pour toutes ces raisons, le pluriel, les mondes arabes, est plus précis et traduit des dynamiques divergentes voire en opposition.

Pourquoi l’Arabie saoudite montre-t-elle des velléités de domination ?

Il existe une sorte de vide du leadership du monde arabe qu’a voulu combler l’Arabie saoudite. Le Caire, Bagdad, Damas ne peuvent plus jouer ce rôle. Les Saoudiens se voient logiquement en puissance régionale mais pour l'instant, les initiatives de l’impétueux et trop pressé prince Mohamed Ben Salman, contre le Qatar (embargo), le Yémen (guerre) ou le Liban (pression sur le Premier ministre Hariri), se sont toutes soldées par des échecs.

Quel rôle peut jouer l’Arabie saoudite dans le conflit syrien ?

Sa capacité de manœuvre est limitée sur le territoire syrien. Les milices, qu’elle sponsorisait, sont très affaiblies ou ont disparu. En même temps, même si ce sont les Russes qui ont les meilleures cartes pour régler la crise, ils ne peuvent conclure seuls. On ne peut imaginer un processus de résolution politique en Syrie sans les Saoudiens, ni les Turcs d’ailleurs.

Pourquoi l’Arabie saoudite et l’Iran s’opposent-ils ?

Je récuse d’abord la vision simpliste d’une guerre entre sunnites et chiites. C’est un facteur parmi d’autres. Le plus important étant le rapport entre deux puissances. Par son histoire, sa géographie, sa culture, l’Iran veut s’affirmer comme puissance régionale et elle y parviendra un jour, dans les cinq ou dix prochaines années. Mais cette volonté d’affirmation n’est pas, comme on l’entend, un expansionnisme. Nous ne sommes plus dans l’Iran de Khomeiny en 1979 qui voulait exporter la révolution islamique. La guerre contre l’Irak de 80-88 a forcé à défendre la mère patrie et les Iraniens n’ont pas changé d’objectif depuis. Elle a néanmoins une volonté d’influence en s’appuyant sur les communautés chiites, comme le Hezbollah au Liban, en Irak. J’ai plus de doutes sur les houthis au Yémen qui n’ont jamais fait allégeance.

Peut-on imaginer un choc frontal et direct entre les deux ?

Nous avons un choc verbal et économique entre deux puissances voulant s’affirmer. Des dérapages ne sont pas impossibles mais je ne crois pas à une guerre comme celle contre l’Irak. Dans ce contexte, il ne faut d’ailleurs pas oublier Israël, à la politique plus préoccupante et qui veut en découdre avec l’Iran. L’atmosphère est très délétère et instable. Mais nous assistons à une recomposition géopolitique régionale qui montre un rapprochement de plus en plus affirmé entre l’Arabie saoudite, les Emirats arabes unis, Bahreïn et Israël. C’est une nouvelle équation.

Pourquoi Israël désigne-t-il l’Iran comme son principal ennemi ?

Israël a toujours eu rapport compliqué avec son environnement et sa politique a besoin d’un ennemi. Face à un Netanyahou affaibli par les affaires individuelles et poussé par les va-t’en-guerre d’extrême-droite, l’armée sera plutôt un élément temporisateur. Là aussi, on ne peut exclure quelques frappes. Chacun montre ses muscles mais ces pays connaissent les lignes rouges à ne pas dépasser. Si nous assistions à une déclaration de guerre contre l’Iran, ce que nous avons connu  en Irak en 2003-2004 ne serait qu’un hors d’œuvre à côté de ce que pourrait être une déstabilisation régionale.

Quel peut être le sort des Kurdes ?

En Turquie, Syrie, Irak, Iran, le peuple kurde est divisé. C’est le produit de l’histoire et ils ont toujours été trahis. Les questions kurdes se posent à tous mais s’il s’agit de parvenir à un Etat constitué, ce sera un échec. Il faut réussir à créer une forme de décentralisation, comme en Irak depuis 2005. Ce sera une option en Syrie, en Turquie, ce sera très compliqué...
Sur la même thématique