ANALYSES

Arabie Saoudite : où en est la privatisation d’Aramco ?

Presse
17 avril 2018
Le plan de réformes du prince héritier du royaume d'Arabie Saoudite, Mohammed Ben Salmane, passe par une ouverture économique, en particulier la mise sur le marché de 5% du capital d'Aramco, première compagnie pétrolière nationale au monde. Pourtant, depuis l'annonce en 2016, l'opération est sans cesse reportée, une situation ambigüe qui n'en présente pas moins des avantages pour le royaume saoudien. Par Francis Perrin, chercheur associé à l'OCP Policy Center (Rabat) et directeur de recherche à l'IRIS (Paris).

Lors d'un forum de chefs d'entreprise à Paris à l'occasion de la visite officielle en France du prince héritier du royaume d'Arabie Saoudite, Mohammed Ben Salmane, la compagnie pétrolière nationale Saudi Aramco a signé des accords de coopération avec des firmes françaises qui pourraient déboucher sur des contrats de plus de 12 milliards de dollars, dont un très gros projet pétrochimique à Joubail avec Total d'une valeur de 5 milliards de dollars. A la fin mars, lors de la visite du prince héritier aux Etats-Unis, Saudi Aramco avait fait état de coopérations possibles avec des sociétés américaines d'une valeur de plus de 10 milliards de dollars. Et le groupe saoudien vient de conclure un protocole d'accord avec un consortium indien en vue d'un projet géant de raffinage et de pétrochimie en Inde. La compagnie nationale saoudienne est décidément sur tous les fronts.

Parmi tous les projets de réforme annoncés ou lancés par Mohammed Ben Salmane depuis deux ans environ, celui portant sur la privatisation de Saudi Aramco est considéré à juste titre comme l'un des plus importants et des plus novateurs. Le géant saoudien est en effet le joyau de la couronne du royaume. Saudi Aramco est la plus grande compagnie pétrolière nationale au monde et contrôle des réserves pétrolières prouvées de l'ordre de 261 milliards de barils et des réserves gazières de 8.400 milliards de mètres cubes ainsi qu'une production d'hydrocarbures de 13,5 millions de barils équivalent pétrole par jour, soit le niveau de la production pétrolière actuelle des Etats-Unis. De quoi faire saliver les marchés boursiers potentiellement concernés, les investisseurs et de nombreux cabinets de conseil...

Une ouverture du capital très prudente mais fort symbolique

Certes, le degré d'ouverture du capital de la compagnie est très prudent puisqu'il ne porterait que sur 5% dans une première étape. Cela représente cependant une belle somme car, lors de l'annonce de ce projet, la valeur de Saudi Aramco avait été estimée de source officielle à 2.000 milliards de dollars, ce qui donnerait 100 milliards de dollars pour ces 5%. Il convient de rester prudent sur un tel chiffre qui repose sur beaucoup d'hypothèses, dont le niveau des prix du pétrole. Cela dit, l'Arabie Saoudite a fait sa part du travail en acceptant, au sein de l'OPEP, de réduire sa production pétrolière en vue de faire remonter les cours de l'or noir. La décision de l'OPEP, annoncée à la fin 2016, et des mesures similaires prises par 10 pays non-OPEP dont la Russie ont conduit à un fort redressement des prix. Le Brent de la mer du Nord a ainsi plus que doublé entre le début 2016 et le début 2018.

Cette bonne nouvelle pour les pays exportateurs de brut a cependant une conséquence qui peut sembler paradoxale : les dirigeants saoudiens sont à présent moins pressés de privatiser Saudi Aramco et l'opération est en train de glisser doucement vers 2019. Cela dit, d'autres motivations avaient été avancées outre les raisons financières en vue de contribuer à la diversification économique de l'Arabie Saoudite, une autre priorité majeure du prince héritier. La privatisation a ainsi été présentée comme un moyen d'améliorer la gouvernance de l'entreprise, de générer plus de transparence en termes de comptes financiers et de réserves, de donner l'opportunité à des Saoudiens de devenir directement actionnaires de leur compagnie nationale et d'envoyer un message fort et clair aux investisseurs. Ce message est en substance le suivant : puisque nous sommes prêts à privatiser une petite partie du groupe industriel le plus stratégique pour le pays, cela signifie que nous irons beaucoup plus loin pour des secteurs d'activité et des firmes qui ne sont pas politiquement aussi sensibles.

Incertitudes sur le calendrier et les modalités de la privatisation

A ce jour, le calendrier et les modalités de l'opération ne sont pas définitivement arrêtés. La cotation de l'action Saudi Aramco était envisagée sur la bourse saoudienne, Tadawul, et sur des marchés étrangers, dont New York, Londres ou Singapour. Il n'est plus certain que la cotation initiale se fasse à l'étranger mais ce n'est pas non plus exclu. L'hypothèse d'un placement privé ou d'un accord avec de gros investisseurs tels que des fonds souverains est aussi étudiée. Et l'on ne peut écarter un mélange entre deux ou trois de ces options. Certaines sources font même état d'un report sine die du projet, voire son abandon. Dans une interview à deux quotidiens français, Le Monde et Les Echos, Amin H. Nasser, le président et directeur général de Saudi Aramco, a indiqué que l'entreprise serait prête pour la privatisation à la fin 2018 et que la cotation des actions de l'entreprise serait d'abord effectuée sur Tadawul. Mais il a aussitôt ajouté qu'il appartenait au gouvernement saoudien de décider ''quand et où''. Une seule chose est claire : plusieurs options sont sur la table et Mohammed Ben Salmane tranchera au moment opportun.

Le suspense a aussi des vertus

En dernière instance, la réponse aux questions que les investisseurs se posent dépendra du choix de priorité suivant : si la principale motivation de la privatisation est financière, la remontée des prix du pétrole apporte une solution immédiate et beaucoup plus simple. Si, par contre, l'accent est plutôt mis sur l'amélioration de la gouvernance/transparence et/ou les signaux envoyés aux investisseurs privés, l'ouverture du capital de Saudi Aramco conserve du sens en 2018 ou 2019.

Le suspense autour de cette privatisation présente d'ailleurs pour le royaume quelque avantage. Dans l'attente de cette opération, les traders peuvent penser que l'Arabie Saoudite continuera à agir pour soutenir les prix du pétrole brut, ce qui contribue à renforcer les anticipations haussières. Comme le disait le cardinal de Retz, on ne sort de l'ambiguïté qu'à son détriment. Et, dans le jeu pétrolier mondial, l'ambiguïté peut être un atout maître...
Sur la même thématique
Les métaux rares, facteur de guerre(s) ?