ANALYSES

« Une trêve bienvenue grâce aux Jeux »

Presse
10 janvier 2018
Hier presque au bord de la guerre nucléaire avec les Etats-Unis, aujourd'hui spectaculaires retrouvailles entre les deux Corées. Où est le sérieux, où est le théâtre ?



Justement, les Jeux Olympiques se retrouvent au cœur des négociations, cela n'étonnera pas l'auteur du livre «JO politiques»...


 

Effectivement ! Cela a toujours été le cas : les Jeux Olympiques sont de véritables instruments géopolitiques. Soit négatif quand un pays décide de les boycotter et la Corée du Nord justement s'est tenue à l'écart des JO de Séoul en 1988. Soit un instrument positif, c'est le cas cette fois, avec une Corée du Nord qui prend prétexte des JO pour procéder à un rapprochement diplomatique compliqué. Tous les yeux du monde seront fixés sur leur délégation. Leurs athlètes défileront-ils avec ceux du Sud comme cela a été le cas par le passé ?

Au-delà du moment des rencontres sportives, a-t-on des exemples de réussite durable provoquée par la «diplomatie du sport» ?

L'organisation des Jeux Olympiques par la Corée du Sud en 1988 a été un ferment de démocratisation de ce pays, on peut même dire que leur organisation a empêché un coup d'Etat militaire. Parmi les réussites durables, on cite souvent la «diplomatie du ping-pong» entre les Etats-Unis et la Chine. L'envoi en 1971 d'une délégation pongiste américaine à Pékin rompt avec le climat de défiance réciproque entre les deux pays. La délégation revient aux Etats-Unis avec un message d'amitié, les deux géants cherchent à se rapprocher et le secrétaire d'Etat Kissinger se rend en Chine juste après...


Peut-on espérer une évolution semblable post-JO entre les deux Corées ?

Il ne faut pas rêver. JO ou non, ce n'est pas pour cette participation que la Corée du Nord renoncera à son programme nucléaire, garantie de survie du régime. Mais on peut espérer que l'agressivité verbale retombera et que de nouveaux liens se noueront...


Sur la même thématique
Comment comprendre la crise des Rohingyas ?